Le chiffre d’affaires du e-commerce belge progresse de 15%

Le chiffre d’affaires du e-commerce belge progresse de 15%

L’an dernier les Belges ont acheté pour 5,62 milliards d’euros via internet (+15%). Toutefois 42% de ces dépenses se sont envolées vers des webshops opérant depuis l’étranger.

« Préférence pour les webshops dont le nom est déjà familier »

L’e-commerce en Belgique parvient enfin à maturité : le chiffre d’affaires du secteur a progressé de 15% et représente désormais 6,44% du chiffre d’affaires global du commerce belge. Pour les magasins physiques cette croissance du e-commerce n’est pas nécessairement dramatique, estime la fédération du commerce Comeos : « Les commerçants  qui ont aussi créé leur propre webshop peuvent ainsi récupérer online une partie de leurs pertes ».


« Notre étude annuelle sur l’e-commerce nous apprend que pas moins de 86% des clients en ligne privilégient les webshops dont le nom leur est déjà familier », indique Dominique Michel, CEO de Comeos. « Un magasin physique inspire en effet la confiance. L’année dernière, de nombreux commerçants classiques ont dès lors entamé un mouvement de rattrapage, en développant leur magasin en ligne, en réduisant les délais de livraison, en améliorant leurs services,… »


Les webshops étrangers « coûtent 8.302 jobs »

Pourtant le consommateur belge opte beaucoup plus facilement pour des webshops étrangers que ce n’est le cas dans nos pays voisins. Ceci s’explique en partie par l’offre plus vaste proposée sur les sites internationaux, mais également en raison de la législation belge en matière de travail de nuit notamment, déplore Comeos : « Les commerçants belges qui souhaitent demeurer compétitifs, délocalisent de plus en plus souvent leurs activités en ligne dans les pays voisins, d’où ils peuvent opérer à moindres coûts, de manière plus efficace et en servant leurs clients plus rapidement. »


En 2014, 42% des dépenses en ligne des Belges se sont envolées vers l’étranger, indique Comeos. « L’année dernière, nous avons donc perdu 2,4 milliards d’euros et raté l’occasion de créer 8.302 emplois », souligne  Dominique Michel. L’Union européenne par contre a qualifié la Belgique, de par sa part importante d’achats hors frontières, d’exemple pour les autres Etats membres.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Carrefour va collaborer avec Showroomprivé

12/01/2018

Carrefour acquiert une participation minoritaire de 17% dans le site de ventes flash Showroomprivé. Le groupe de supermarchés français veut accroître sa portée numérique et sa part non alimentaire.  L’ex-actionnaire Conforama y perd des plumes.

Amazon lance ses marques de distributeur en Europe

14/12/2017

A l’heure où Amazon Prime s’invite dans de plus en plus de pays européen, Amazon débarque avec ses propres marques FMCG.  Ces dernières semaines, le supermarché en ligne a lancé de nouveaux produits sous label privé en Europe et ce n’est pas terminé.

Amazon Echo est également disponible au Benelux

11/12/2017

Amazon a annoncé que 28 nouveaux pays, dont la Belgique et les Pays-Bas, pourront désormais se faire livrer le haut-parleur intelligent Amazon Echo.   Le lancement de son propre service de streaming musical est également prévu dans ces pays.

Les fabricants de luxe peuvent interdire à leurs distributeurs de vendre sur Amazon

07/12/2017

Les marques de luxe ont le droit d’interdire à leurs distributeurs agréés de revendre leurs produits sur des plates-formes tierces, comme Amazon. C’est ce qu’a décidé la Cour de justice de l’UE suite à un procès intenté par Coty.

Coolblue ouvre un nouveau siège principal belge

01/12/2017

La rumeur qui circulait depuis un certain temps déjà a été confirmée officiellement : l’e-tailer néerlandais Coolbue ouvre un nouveau siège principal belge à Berchem (Anvers) dans le nouveau complexe de bureaux Post X.

Forte montée du mobile lors du Black Friday et Cyber Monday aux Etats-Unis

29/11/2017

Durant le weekend de Thanksgiving, comprenant le Black Friday et le Cyber Monday, les ventes par voie mobile ont connu une forte montée aux Etats-Unis. Néanmoins la part des ventes mobiles sur l’ensemble du chiffre d’affaires online reste limitée.

Back to top