Les e-commerçants belges ont vendu pour 1 milliard d'euros durant les fêtes

Les e-commerçants belges ont vendu pour 1 milliard d'euros durant les fêtes

Une enquête de BeCommerce, l’association belge des commerçants en ligne, révèle que le chiffre d’affaires des e-commerçants belges durant la période des fêtes de fin d’année a atteint le milliard d’euros, soit 14% du chiffre d’affaires annuel.

 

Les produits de beauté sont les plus vendus en ligne

Pour effecteur son analyse, BeCommerce a examiné les chiffres de 720 shops en ligne belges, ce qui représente 82 pour cent du marché total du e-commerce en Belgique. Ensemble, ils enregistrent un chiffre d’affaires d’un milliard d’euros durant la période du 27 novembre au 31 décembre.

 

La plupart des achats ont été fait durant la période de Noël, entre le 10 et le 24 décembre, mais d’autres jours de consommation prennent de l’ampleur. Le Black Friday et le Cyber Monday ont ainsi engendré un chiffre d’affaires de 93 millions d’euros. Durant la période de Saint-Nicolas, 62 millions d’euros ont été dépensés et 41 millions d’euros le lendemain de Noël.

 

Les produits les plus vendus en ligne sont les produits de beauté qui représentent 33,3 pour cent du chiffre d’affaires. Ce segment est talonné par les boissons et l’alimentation (26,7 pour cent) ainsi que les articles de mode et accessoires (26,7 pour cent). La décoration (13,3 pour cent) et le multimédia (13,3 pour cent) complètent le top cinq.


70 pour cent du chiffre d’affaires part à l’étranger

Au total, le consommateur belge a dépensé au moins 7,3 milliards d’euros en achats online en 2015. Il s’agit quand même d’une estimation conservative, selon BeCommerce. En 2014, 5,9 milliards d’euros ont été dépensés en ligne.  Les chiffres définitifs seront disponibles en mars.

 

70 pour cent de ce chiffre d’affaires part à l’étranger. « En Belgique, l’e-commerce est axé sur la demande du consommateur. Pas toujours sur l’offre des entreprises », explique Patricia Ceysens de BeCommerce à la rédaction Redactie.be.  « Les acteurs étrangers ont donc décelé chez nous un magnifique marché ouvert avec une demande qu’ils ont réussi à combler. Depuis l’étranger, ils ont formulé une offre parfaite et le Belge a succombé. »