Les investisseurs de Zalando souhaitent détrôner Zara, H&M et Ikea

Les investisseurs de Zalando souhaitent détrôner Zara, H&M et Ikea

A en croire les frères Samwer, Zalando détrônera d’ici peu des géants, tels que Zara, H&M et Ikea. C’est avec ces ambitieux projets que les Samwer, qui via leur incubateur Rocket Internet ont contribué à lancer Zalando, dont ils détiennent 38% des actions,  tentent d’attirer d’éventuels investisseurs.

Des personnalités de renom et des grandes promesses

Oliver, Marc et Alexander Samwer sont à la recherche d’investisseurs. Pour impressionner d’éventuels candidats, ils ne manquent pas  de citer les noms de chefs d’entreprises réputées qui détiennent déjà une participation dans Rocket Internet ou l’une des entreprises dérivées. Parmi eux, des personnalités, comme le magnat indien de l’industrie sidérurgique Lakshmi Mittal, le milliardaire ukrainien  Victor Pintsjoek et le géant de la bière colombien Alejandro Santo Domingo.


Autre argument utilisé par les frères pour convaincre les investisseurs : la promesse de hauts rendements sur le capital investi,  minimum 10% endéans les trois à cinq ans. Pour atteindre cet objectif, les frères ont lancé des spin-offs de Zalando sur différents continents et ont copié d’autres entreprises à succès actives dans l’e-commerce.


Des pronostics époustouflants

Et leurs prévisions sont tout aussi ambitieuses :  le chiffre d’affaires de Dafiti, filiale brésilienne de Zalando, devrait être multiplié par 20 d’ici 2016 pour atteindre les deux milliards d’euros. Lamoda, filiale russe,  dont le chiffre d’affaires l’année dernière s’élevait à 45 millions d’euros, devrait dans ce même délai passer à 1,5 milliard d’euros. Linio, la toute nouvelle copie d’Amazon, qui vient d’être lancée en Amérique latine devrait générer des revenus  de plus 250 millions d’euros d’ici 2016.


Mais jusqu’à présent les bénéfices de Zalando sont inversement proportionnels à ses ambitions. En effet, malgré un chiffre d’affaires en hausse, Zalando a essuyé une perte de 90 millions d’euros en 2012. Le site de meubles Home24 quant à lui a subi une perte de 40 millions d’euros, selon la revue allemande Manager Magazin, qui a pu consulter des documents confidentiels.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Carrefour va collaborer avec Showroomprivé

12/01/2018

Carrefour acquiert une participation minoritaire de 17% dans le site de ventes flash Showroomprivé. Le groupe de supermarchés français veut accroître sa portée numérique et sa part non alimentaire.  L’ex-actionnaire Conforama y perd des plumes.

Amazon lance ses marques de distributeur en Europe

14/12/2017

A l’heure où Amazon Prime s’invite dans de plus en plus de pays européen, Amazon débarque avec ses propres marques FMCG.  Ces dernières semaines, le supermarché en ligne a lancé de nouveaux produits sous label privé en Europe et ce n’est pas terminé.

Amazon Echo est également disponible au Benelux

11/12/2017

Amazon a annoncé que 28 nouveaux pays, dont la Belgique et les Pays-Bas, pourront désormais se faire livrer le haut-parleur intelligent Amazon Echo.   Le lancement de son propre service de streaming musical est également prévu dans ces pays.

Les fabricants de luxe peuvent interdire à leurs distributeurs de vendre sur Amazon

07/12/2017

Les marques de luxe ont le droit d’interdire à leurs distributeurs agréés de revendre leurs produits sur des plates-formes tierces, comme Amazon. C’est ce qu’a décidé la Cour de justice de l’UE suite à un procès intenté par Coty.

Coolblue ouvre un nouveau siège principal belge

01/12/2017

La rumeur qui circulait depuis un certain temps déjà a été confirmée officiellement : l’e-tailer néerlandais Coolbue ouvre un nouveau siège principal belge à Berchem (Anvers) dans le nouveau complexe de bureaux Post X.

Forte montée du mobile lors du Black Friday et Cyber Monday aux Etats-Unis

29/11/2017

Durant le weekend de Thanksgiving, comprenant le Black Friday et le Cyber Monday, les ventes par voie mobile ont connu une forte montée aux Etats-Unis. Néanmoins la part des ventes mobiles sur l’ensemble du chiffre d’affaires online reste limitée.

Back to top