Marks & Spencer contraint de prolonger les délais de livraison de son webshop

Marks & Spencer contraint de prolonger les délais de livraison de son webshop

L’enseigne de mode britannique Marks & Spencer se voit contrainte de prolonger les délais de livraison de son webshop, en raison de problèmes dans son nouveau centre de distribution.

Temps d’attente presque doublé

Depuis le lancement fin novembre d’une grande campagne promotionnelle pour son webshop, Marks & Spencer est dépassé par le flux de commandes online. En raison de problèmes dans son nouveau centre de distribution l’enseigne a été obligée de prolonger les délais de livraison.


Alors qu’habituellement en Grande-Bretagne M&S.com garantit la livraison endéans les 3  à 5 jours, le groupe prévoit de prolonger ce délai à 10 jours. De plus l’option de livraison dès le lendemain avait momentanément été supprimée, mais suite aux plaintes sur les réseaux sociaux, cette option a très vite été réintroduite, du moins pour les livraisons à domicile, car pour le retrait de commandes en magasin le délai est de deux à trois jours.


« Le client est notre priorité absolue et c’est précisément pour cette raison que nous avons adapté nos délais de livraison », souligne M&S. « A présent la plupart des commandes sont livrées à temps. Et si nous n’arrivons pas à respecter un délai, nous mettons tout en œuvre pour satisfaire le client. »


Un centre de distribution de 85.000 m²

Ce problème ne pouvait tomber plus mal pour M&S, qui avait fait de l’e-commerce le fer de lance de sa renaissance. Pour ce faire un centre de distribution flambant neuf entièrement automatisé de près de 85.000 m² avait été mis en service en avril à Castle Donington (au centre de l’Angleterre). Ce centre logistique, traitant toutes les commandes de M&S, devait être pleinement opérationnel pour la période de Noël, ô combien importante.


« C’est le premier Noël que tout M&S.com est concentré dans ce centre de distribution et lors d’opérations d’une telle envergure, on est toujours confronté à des défis », explique un porte-parole de M&S. Pourtant même à ses débuts le webshop a connu quelques difficultés. A tel point qu’au premier semestre (jusqu’au 27 septembre) M&S.com a vu son chiffre d’affaires chuter de 6,3%.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon Echo est également disponible au Benelux

11/12/2017

Amazon a annoncé que 28 nouveaux pays, dont la Belgique et les Pays-Bas, pourront désormais se faire livrer le haut-parleur intelligent Amazon Echo.   Le lancement de son propre service de streaming musical est également prévu dans ces pays.

Les fabricants de luxe peuvent interdire à leurs distributeurs de vendre sur Amazon

07/12/2017

Les marques de luxe ont le droit d’interdire à leurs distributeurs agréés de revendre leurs produits sur des plates-formes tierces, comme Amazon. C’est ce qu’a décidé la Cour de justice de l’UE suite à un procès intenté par Coty.

Coolblue ouvre un nouveau siège principal belge

01/12/2017

La rumeur qui circulait depuis un certain temps déjà a été confirmée officiellement : l’e-tailer néerlandais Coolbue ouvre un nouveau siège principal belge à Berchem (Anvers) dans le nouveau complexe de bureaux Post X.

Forte montée du mobile lors du Black Friday et Cyber Monday aux Etats-Unis

29/11/2017

Durant le weekend de Thanksgiving, comprenant le Black Friday et le Cyber Monday, les ventes par voie mobile ont connu une forte montée aux Etats-Unis. Néanmoins la part des ventes mobiles sur l’ensemble du chiffre d’affaires online reste limitée.

Alibaba dévoile son magasin high-tech du futur

24/11/2017

Les supermarchés entièrement automatisés d’Amazon Go n’ont pas encore ouvert leurs portes  qu’Alibaba riposte déjà : le géant chinois du e-commerce présente Tmall Supermart, un supermarché débordant de gadgets technologiques.

Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Back to top