Marks & Spencer contraint de prolonger les délais de livraison de son webshop | RetailDetail

Marks & Spencer contraint de prolonger les délais de livraison de son webshop

Marks & Spencer contraint de prolonger les délais de livraison de son webshop

L’enseigne de mode britannique Marks & Spencer se voit contrainte de prolonger les délais de livraison de son webshop, en raison de problèmes dans son nouveau centre de distribution.

Temps d’attente presque doublé

Depuis le lancement fin novembre d’une grande campagne promotionnelle pour son webshop, Marks & Spencer est dépassé par le flux de commandes online. En raison de problèmes dans son nouveau centre de distribution l’enseigne a été obligée de prolonger les délais de livraison.


Alors qu’habituellement en Grande-Bretagne M&S.com garantit la livraison endéans les 3  à 5 jours, le groupe prévoit de prolonger ce délai à 10 jours. De plus l’option de livraison dès le lendemain avait momentanément été supprimée, mais suite aux plaintes sur les réseaux sociaux, cette option a très vite été réintroduite, du moins pour les livraisons à domicile, car pour le retrait de commandes en magasin le délai est de deux à trois jours.


« Le client est notre priorité absolue et c’est précisément pour cette raison que nous avons adapté nos délais de livraison », souligne M&S. « A présent la plupart des commandes sont livrées à temps. Et si nous n’arrivons pas à respecter un délai, nous mettons tout en œuvre pour satisfaire le client. »


Un centre de distribution de 85.000 m²

Ce problème ne pouvait tomber plus mal pour M&S, qui avait fait de l’e-commerce le fer de lance de sa renaissance. Pour ce faire un centre de distribution flambant neuf entièrement automatisé de près de 85.000 m² avait été mis en service en avril à Castle Donington (au centre de l’Angleterre). Ce centre logistique, traitant toutes les commandes de M&S, devait être pleinement opérationnel pour la période de Noël, ô combien importante.


« C’est le premier Noël que tout M&S.com est concentré dans ce centre de distribution et lors d’opérations d’une telle envergure, on est toujours confronté à des défis », explique un porte-parole de M&S. Pourtant même à ses débuts le webshop a connu quelques difficultés. A tel point qu’au premier semestre (jusqu’au 27 septembre) M&S.com a vu son chiffre d’affaires chuter de 6,3%.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


La branche néerlandaise de Beate Uhse n’est pas en faillite

05/04/2018

Contrairement à ce que prétendait la rumeur, la branche néerlandaise du groupe allemand Beate Uhse, spécialiste des accessoires érotiques, n’est pas en faillite. L’entreprise poursuivra ses activités tant aux Pays-Bas qu’en Belgique.

Amazon souvent meilleur marché que les webshops  néerlandais

03/04/2018

Les produits en vente tant sur des webshops néerlandais que sur Amazon.de sont meilleur marché chez Amazon dans 50% des cas. Amazon.de représente déjà une forte concurrence, mais selon la rumeur le géant américain envisagerait d'intensifier ses activités en Belgique et aux Pays-Bas.

Coolblue livre bien réellement à vélo

03/04/2018

Coolblue lance son propre service de livraison.  Avec CoolblueFietst, le retailer en électronique va livrer ses colis à vélo, et c’est une première.  Ce n’est pourtant pas un poisson d’avril même si le retailer avait fait cette annonce  le 1er avril.

Amazon dans le collimateur de Trump

03/04/2018

Le président Donald Trump semble avoir trouvé un nouvel ennemi en l’entreprise Amazon.  Le géant du retail profiterait de U.S. Postal Service, le service postal américain, et Trump souhaiterait y mettre un terme en prenant les mesures nécessaires.

Amazon règne en maître sur l’e-commerce en France

29/03/2018

Avec un CA de 5,6 milliards d’euros et une part de marché de près de 19% Amazon est le leader incontesté du e-commerce en France. Selon Kantar Worldpanel, le marché online français dans son ensemble a généré 30 milliards d’euros en 2017.

Le retail, moteur de croissance du marché de l’Intelligence artificielle

29/03/2018

Cette année les entreprises retail investiront environ 2,76 milliards d’euros dans l’Intelligence Artificielle. Ainsi le retail sera le principal moteur de croissance de l’IA au niveau mondial, surpassant même le secteur bancaire, indique IDC.