Tous les pays n’ont pas encore adhéré à la plateforme européenne de litiges découlant de l’e-commerce

Tous les pays n’ont pas encore adhéré à la plateforme européenne de litiges découlant de l’e-commerce

Depuis fin février, les acheteurs en ligne européens peuvent se rendre sur un site internet spécial de la Commission Européenne qui gère les litiges découlant de l’e-commerce.  Tous les pays n’ont pourtant pas encore adhéré à cette plateforme.

Encore six mois à un an

L’objectif de départ était pourtant l’appui de cette initiative par tous les pays, mais, pour le moment, cinq pays n’ont pas encore entrepris les démarches nécessaires.  L’Allemagne, la France, le Luxembourg, la Pologne et la Roumanie ne participent pas encore et cela pourrait encore durer un certain temps.  Selon la Commission Européenne, il faudrait encore attendre six mois à un an avant que tous les pays n’adhèrent réellement au projet.


L’Allemagne et la France sont d’ailleurs deux des trois principaux marchés en Europe qui ne sont pas encore présents sur la plateforme.


Le site internet créé par la Commission Européenne, ne gère pas les litiges en soi, mais fonctionne en tant que médiateur pour diriger le consommateur vers des instances compétentes.  Il serait ainsi plus facile de résoudre, au-delà des frontières, les problèmes qui découlent de l’e-commerce.


Pour le moment, le site internet ne rencontre pas le succès escompté et peu de consommateurs européens connaissent l’existence de l’initiative.  Une campagne sera lancée cet automne pour que le consommateur prenne conscience de l’existence du site internet.