Une croissance de près de 60% du m-commerce aux Etats-Unis

Une croissance de près de 60% du m-commerce aux Etats-Unis

Durant le dernier ‘holiday season’, les achats via smartphone ou tablette des consommateurs américains ont largement dépassés les prédictions les plus folles des analystes : une augmentation de près de 60% par rapport à 2014.

12,7 milliards de dollars de chiffre d’affaires ‘mobile’

Durant le ‘holiday season’ – qui, grosso modo, court de fin novembre à début janvier – les consommateurs américains ont plus que jamais utilisé leur smartphone ou leur tablette pour effectuer leurs achats de cadeaux en ligne, c’est ce qui ressort des chiffres du bureau d’études de marché ComScore Inc.

 

Le chiffre d’affaires ‘mobile’ totale s’élève à 12,7 milliards de dollars (près de 11,63 milliards d’euros), ce qui représente une hausse de 59% par rapport à la même période l’année dernière.  Les prévisions de ComScore avaient calculé un chiffre d’affaires de 11,7 milliards de dollars (près de 10,71 milliards d’euros), mais ce montant a été dépassé largement.

 

 « Si nous pouvons retenir une tendance sous-jacente de cette fin d’année, je pense qu’on se souviendra de cette période comme étant celle où le m-commerce a dévoré les ventes des magasins physiques », précise le dirigeant de ComScore, Gian Fulgoni, avec une certaine tendance à l’exagération.  Selon lui, les américains en avaient marre des longues files aux caisses physiques et ont pleinement profité des offres intéressantes sur les webshops.

 
Les ventes via ordinateur de bureau se situent en-dessous des prévisions

En même temps, les ventes en ligne via ordinateur de bureau se situent en-dessous des prévisions : le chiffre d’affaires atteint 56,4 milliards de dollars (ce qui équivaut à 51,64 milliards d’euros), près de deux milliards en-dessous des 58,3 milliards de dollars (près de 53,38 milliard d’euros) estimés par ComScore.

 
« Très vite, on s’est rendu compte que l’e-commerce via ordinateur de bureau resterait en-dessous des attentes, alors que la vente mobile enregistrerait de meilleurs chiffres que prévus », selon Fulgoni.  Cet automne, le m-commerce a représenté près d’un cinquième (18%) de la totalité des ventes online, une forte progression par rapport aux 13% durant les ventes de fin d’année en 2014.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon Echo est également disponible au Benelux

11/12/2017

Amazon a annoncé que 28 nouveaux pays, dont la Belgique et les Pays-Bas, pourront désormais se faire livrer le haut-parleur intelligent Amazon Echo.   Le lancement de son propre service de streaming musical est également prévu dans ces pays.

Les fabricants de luxe peuvent interdire à leurs distributeurs de vendre sur Amazon

07/12/2017

Les marques de luxe ont le droit d’interdire à leurs distributeurs agréés de revendre leurs produits sur des plates-formes tierces, comme Amazon. C’est ce qu’a décidé la Cour de justice de l’UE suite à un procès intenté par Coty.

Coolblue ouvre un nouveau siège principal belge

01/12/2017

La rumeur qui circulait depuis un certain temps déjà a été confirmée officiellement : l’e-tailer néerlandais Coolbue ouvre un nouveau siège principal belge à Berchem (Anvers) dans le nouveau complexe de bureaux Post X.

Forte montée du mobile lors du Black Friday et Cyber Monday aux Etats-Unis

29/11/2017

Durant le weekend de Thanksgiving, comprenant le Black Friday et le Cyber Monday, les ventes par voie mobile ont connu une forte montée aux Etats-Unis. Néanmoins la part des ventes mobiles sur l’ensemble du chiffre d’affaires online reste limitée.

Alibaba dévoile son magasin high-tech du futur

24/11/2017

Les supermarchés entièrement automatisés d’Amazon Go n’ont pas encore ouvert leurs portes  qu’Alibaba riposte déjà : le géant chinois du e-commerce présente Tmall Supermart, un supermarché débordant de gadgets technologiques.

Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Back to top