Vente Privée vise un chiffre d’affaires de trois milliards d’euros

Vente Privée  vise un chiffre d’affaires de trois milliards d’euros

Le webshop français Vente Privée s’est fixé un objectif ambitieux pour les prochaines années : augmenter son chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros à 3 milliards d’euros, soit plus du double du CA actuel. Pour ce faire le site misera essentiellement sur la vente via supports mobiles, indique Ilan Benhaim, l’un des fondateurs de la boutique en ligne.

Une croissance en toute autonomie

Vente Privée génèrera cette croissance de manière autonome : alors que d’autres webshops s’appuient sur Google pour faire connaître leur nom à un plus large public, les produits de Vente Privée ne sont pas accessibles à Google et de ce fait ne sont pas indexés.


« Nous réalisons notre croissance un développant une marque dans un pays. Lorsque les gens parlent de votre produit, automatiquement de nouveaux clients suivront. Sur notre marché intérieur 10.000 nouveaux membres s’inscrivent chaque jour », confiait Benhaim à Emerce.


Pour son expansion à l’international l’entreprise prend son temps. « Du temps nous en avons, car l’entièreté de l’entreprise nous appartient. Il n’y a ni capital-risque, ni d’autres parties engagées dans la société. Notre implantation à  l’étranger se fait pas à pas : les sites sont lancés live en Anglais et une fois le site suffisamment développé, une équipe locale se charge de gérer le site. Cette équipe bénéficie alors de la connaissance du marché recueillie depuis le stade initial. L’entreprise tente d’attirer des clients surtout en organisant des actions exclusives dans les nouveaux pays où elle s’implante.


Le commerce mobile représente 30% des ventes

Par ailleurs 30% du trafic sur le site provient de supports mobiles et 30% du chiffre d’affaires est généré par des ventes mobiles. « Il s’agit donc d’une proportion de 1:1, ce que de nombreux e-tailers doivent certainement nous envier », poursuit Benhaim.


En revanche l’entreprise française n’est pas adepte du commerce via les médias sociaux, le ‘social commerce’. Les icônes Facebook ont d’ailleurs été supprimées du site. Toutefois Vente Privée ne renonce pas entièrement aux médias sociaux : « Pour le service à la clientèle c’est une toute autre histoire : là les médias sociaux sont utiles. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Whole Foods booste le chiffre d’affaires d’Amazon

27/10/2017

Au troisième trimestre le géant américain du e-commerce Amazon a enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires, en partie grâce à Whole Foods, dont les ventes pour la première fois ont été reprises dans les résultats.

Coolblue lance une app belge

25/10/2017

Coolblue vient de lancer une app pour le marché belge, disponible en néerlandais et en français, mais pour l’instant uniquement sur iOS. Selon l’e-tailer hollandais, l’app est le moyen le plus rapide pour faire son shopping sur le webshop.

Plus de la moitié des foyers américains envoûtés par Amazon

21/10/2017

Sur une estimation de 126 millions de foyers aux EU, pas moins de 90 millions d’Américains sont membres d’Amazon Prime, le programme de fidélité d’Amazon.  Amazon domine donc le marché intérieur.  Quelles leçons l’Europe peut-elle en tirer ?

Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

20/10/2017

Le gouvernement va adapter l’accord conclu cet été concernant le travail de nuit dans l’e-commerce. Désormais le travail de nuit sera autorisé à partir de 20h moyennant l’accord d’un seul syndicat.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Back to top