Année record pour la chaîne d’ameublement JYSK grâce aux staycations

Année record pour la chaîne d’ameublement JYSK grâce aux staycations
Photo: Emelie Lundman / Shutterstock.com

JYSK a réalisé un chiffre d’affaires record de 4,1 milliards d’euros au cours du dernier exercice comptable 2019/2020. Il s’agit donc d’une croissance de 7,6 % que l’entreprise doit à la crise du coronavirus : les consommateurs ont investi dans leur maison pour leur « staycation ».

 

Le budget voyage passe dans les meubles

Nombreux sont ceux à avoir dépensé leur budget voyage pour acheter de nouveaux meubles pour leur maison et leur jardin, pense Jan Bøgh, PDG de la chaîne d’ameublement JYSK. Le dirigeant a vécu une année record grâce à la pandémie. Le chiffre d’affaires a augmenté de 7,6 % au cours du dernier exercice comptable 2019/2020 pour atteindre 4,1 milliards d’euros.

 

Le nombre de clients a également atteint un niveau proche de celui de l’année précédente, malgré le fait que la majorité des magasins JYSK aient dû garder portes closes en mars et avril. Selon Bøgh, cette croissance résulte donc de la combinaison entre de bonnes ventes avant l’apparition du virus et une augmentation significative du nombre de clients après le confinement. Comme ailleurs, les ventes en ligne ont également décollé de manière significative.

 

Conséquences économiques encore à venir

Le calcul du bénéfice n’est pas encore terminé, mais le PDG évoque déjà une évolution positive, bien qu’il prévienne aussi que la chaîne a dû supporter de nombreux coûts supplémentaires. À cause de la crise sanitaire, JYSK a également vu son expansion européenne ralentir quelque peu - ce qui a permis d’épargner des investissements.

 

Cependant, la formule, connue pour sa politique d’expansion agressive, est déterminée à rattraper les dégâts. Alors que JYSK a « seulement » ouvert 106 nouveaux magasins en 2019/20, le détaillant de meubles prévoit d’en ouvrir plus de 150 nouveaux pendant l’exercice en cours.

 

Jan Bøgh souligne néanmoins que les défis à surmonter lors de cet exercice pourraient bien être encore plus importants que ceux de l’année précédente. « Les gouvernements européens ayant soutenu l’emploi et l’économie, de nombreuses entreprises n’ont pas subi l’impact économique réel du coronavirus au cours de l’exercice précédent. Je m’attends donc à ce que cela affecte beaucoup d’entreprises en 2021, et si le chômage augmente fortement, cela aura également des conséquences pour JYSK », déclare-t-il.