Blokker : « La Belgique pose un problème »

Blokker : « La Belgique pose un problème »
Shutterstock.com

Le mois prochain, Blokker veut évaluer ses filiales belges. Cela signifie que d’autres magasins pourraient fermer leurs portes, et ce, relativement peu de temps après la précédente série d’assainissements de 2017.

 

Aucune amélioration

Les magasins belges de Blokker sont déficitaires depuis des années. Son propriétaire, Michiel Witteveen, a déclaré dans le journal néerlandais De Telegraaf, que « la Belgique est un problème ». Le dirigeant souhaite « évaluer » la situation le mois prochain. L’entreprise ne réagit pas aux questions de De Tijd sur les éventuelles conséquences : « Nous ne le ferons que lorsque nous aurons plus à communiquer », peut-on également lire dans l’article.

 

Blokker Belgium ne se porte pas bien depuis de nombreuses années, même après l’importante restructuration de 2017, au cours de laquelle 63 magasins avaient fermé et 230 emplois avaient été supprimés. L’année dernière, la situation s’est encore dégradée : le chiffre d’affaires en Belgique a diminué de près d’un tiers et la perte d’exploitation s’est élevée à 4,6 millions d’euros.

 

Le calme ne règne pas non plus au niveau de la direction. La chaîne subit un va-et-vient de directeurs, ayant chacun leurs propres objectifs. Le dernier en date, Geert Kampschoër, a fait échouer les plans de rénovation de ses prédécesseurs. « J’ai décidé d’arrêter les rénovations des magasins belges jusqu’à ce que nous sachions mieux quelle direction nous voulons prendre », a-t-il dit. Il a également estimé que les magasins belges n’étaient pas adaptés au contexte local, et étaient principalement des copies des magasins néerlandais.