Ikea rachète de vieux meubles

Ikea rachète de vieux meubles
Photo : Shutterstock.com

Ikea va bientôt lancer une étonnante campagne internationale intitulée « BuyBackFriday ». Ses clients auront la possibilité d’échanger leurs vieux meubles Ikea contre des bons d’achat. Les critiques y voient surtout un coup publicitaire.

 

Bons d’achat

Ceux qui en ont assez de leurs vieux meubles Ikea pourront bientôt les rapporter au géant du meuble. Après un contrôle approfondi, celui-ci les leur rachètera au maximum à la moitié du prix d’achat – et sous la forme de bons d’achat. Il faut cependant que les meubles retournés soient complets et en bon état.

 

La campagne BuyBackFriday sera lancée dans 27 pays. En Belgique, il s’étendra du 24 novembre au 3 décembre. Selon l’enseigne de meuble, l’action s’inscrit dans l’ambition de devenir une entreprise totalement circulaire et « climate positive » d’ici 2030.

 

Peu crédible

Cependant, un certain nombre d’observateurs remettent en question la campagne et y voient surtout un coup de pub. Ainsi, ce n’est pas un hasard si le début de la campagne tombe durant la semaine du Black Fraiday, le grand festival des bonnes affaires importé des États-Unis. Le flou des projets d’Ikea concernant le service de reprise au terme de la campagne suscite également certains doutes. « Nous explorons actuellement de nouveaux modèles commerciaux pour développer des offres économiquement viables et évolutives », a déclaré Stefan Vanoverbeke, Stefan Vanoverbeke, Deputy Retail Operations Manager, dans un communiqué de presse.

 

Mais tout le monde ne veut pas condamner la campagne. Dans le Standard, Kris Bachus, directeur de recherche en politique environnementale et développement durable à l’Hiva, laisse à Ikea le bénéfice du doute. « Toute initiative qui encourage la réutilisation est la bienvenue, surtout de la part d’un groupe d’envergure mondiale comme Ikea. Ne serait-ce que parce qu’elle contribuera au moins à sensibiliser le public à l’économie circulaire. » Selon lui, le plus important est l’échelle à laquelle le service de rachat sera finalement déployé au niveau international.