Vente-Unique continue sa croissance à deux chiffres

Vente-Unique continue sa croissance à deux chiffres

Le vendeur de mobilier en ligne Vente-Unique a enregistré une augmentation de 10 % de son chiffre d'affaires au cours du dernier trimestre. Le organisateur de « ventes flash » se développe surtout fortement en dehors du marché domestique français.

 

Près de la moitié à l'étranger

Au cours du dernier trimestre, qui s’est déroulé d’avril à fin juin pour Vente-Unique, le casseur de prix a enregistré une augmentation de 10 % de ses ventes. Avec un total de 22,1 millions d’euros au cours de ses trois mois, la société française est sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs annuels.


Vente-Unique a enregistré une croissance record, notamment en dehors du marché domestique français : les ventes dans le sud de l'Europe ont augmenté de 22 %, tandis que celles du nord et de l'est de l'Europe (Belgique et Pays-Bas) ont augmenté de 23 %. Les ventes à l'étranger représentent 42 % du total, contre 38 % un an auparavant.

 

150 millions d'euros d'ici 2022

En France, toutefois, le discounter en ligne traverse une période beaucoup plus difficile : les ventes n'ont augmenté que de 2 %, selon l’enseigne en raison des protestations des gilets jaunes. L’ouverture d’un plus grand centre de distribution rénové à Amblainville en juillet devrait désormais aider le détaillant à disposer de davantage de capacité logistique (de 27 000 à 51 000 mètres carrés) et à améliorer ses processus.


Le vaste entrepôt doit ramener Vente-Unique à sa moyenne de croissance historique de 12 %, déclare son directeur général Sacha Vigna à Bourse Direct. D’ici 2022, le détaillant en ligne s'est fixé pour objectif d'atteindre un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros.


Au cours des neuf derniers mois, Vente-Unique a réalisé un chiffre d'affaires de 71,3 millions d'euros, soit une croissance de 10 %. Pour l'ensemble de l'exercice, Vigna confirme ses prévisions d'atteindre au moins 95 millions d'euros de chiffre d'affaires, ce qui reviendrait à une croissance à deux chiffres. En outre, le détaillant souhaite également maintenir une rentabilité « exemplaire ».