« Le harcèlement sexuel est largement répandu dans les usines de confection »

“Seksuele intimidatie wijdverspreid in kledingfabrieken”

Dans un nouveau rapport, l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch appelle le secteur de l'habillement à faire davantage pour combattre le harcèlement sexuel des femmes dans les usines de confection en Asie.

 
Le non-droit dans 59 pays

HRW affirme que le harcèlement sexuel est monnaie courante dans les usines de confection du Bangladesh, du Cambodge, d’Inde et du Pakistan, pays où de nombreuses marques internationales de mode produisent leurs vêtements. Dans pas moins de 59 pays à travers le monde, il n'existe pas de lois réglementant le harcèlement sexuel sur le lieu de travail. Mais même si ces lois existent (comme au Pakistan et en Inde), de nombreux employés ne sont pas pleinement conscients de leurs droits ou ont peur de représailles.

 

« Les femmes craignent des représailles à l'usine et à la maison. Parce qu'elles ne sont pas mariées et viennent d'un milieu conservateur, les femmes dépendent de l'approbation de leur famille pour travailler dans les usines. Si les familles entendent parler du harcèlement qu'elles subissent, ces femmes courent le risque qu'on leur dise de ne plus aller travailler à l’extérieur », écrit HRW.

 

De nombreuses formes

Le harcèlement sexuel revêt de nombreuses formes telles que les remarques, les blagues, les clins d'œil, les propositions, les attouchements et les insultes. « La violence verbale est courante dans les usines de nombreux pays », poursuit le rapport. Des travailleuses de différents pays ont témoigné d'insultes grossières, souvent exprimées lorsqu’elles posent des questions à propos des installations sanitaires ou des conditions de repos pendant le cycle menstruel.

 

Parfois, le harcèlement sexuel s'étend même à des situations en dehors du lieu de travail. Une travailleuse indienne de l'habillement citée dans le rapport a déclaré que son superviseur avait appelé plusieurs fois après les heures de travail pour demander des faveurs sexuelles. En retour, il lui promettait un travail plus léger et davantage de pauses. Lorsqu'elle s'est rendue au service des RH, l'incident a été minimisé et on lui a dit qu'elle devait apprendre à s’en accommoder.

 

Des recommandations

HRW appelle le secteur de l'habillement à soutenir une nouvelle convention de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) pour lutter contre la violence et l'intimidation au travail. « Les gouvernements et les entreprises qui s'engagent en faveur de l'égalité sur le lieu de travail doivent soutenir l'appel de ces travailleurs. Ils doivent voter en faveur d'une convention contraignante de l'OIT en 2019, lorsqu'elle sera discutée à la Conférence internationale du travail à Genève. Cela permettra aux organisations de défense des droits de l'homme du monde entier de protester contre l'échec des réformes juridiques ou d'insister pour que les lois existantes soient mieux appliquées ».

 

De plus, l'organisation conseille aux marques de ne plus se fier aux audits sociaux puisqu’ils ne sont pas en mesure de détecter et de traiter le harcèlement sexuel au travail. Il serait préférable d'interroger les employés à l'extérieur de leur lieu de travail, ce qui permettrait d'assurer une totale confidentialité. Mais le montant déboursé par les marques et les usines pour effectuer de tels audits est souvent très limité, de sorte que ces audits mènent généralement de courtes interviews de groupe sur place. Il est peu probable que les employés révèlent la vérité lorsque les managers savent exactement qui est interviewé. Dans un groupe, les gens ont aussi tendance à ne pas parler de sujets sensibles, surtout si le groupe est composé d'hommes et de femmes.

 

HRW conclut le rapport en faisant cinq recommandations concrètes à l'intention des entreprises mondiales de l'habillement :

•    Soutenez publiquement une convention de l’OIT pour lutter contre la violence et le harcèlement au travail
•    Publiez la liste complète des usines qui travaillent pour vous
•    Menez des enquêtes périodiques pour enquêter sur la violence sexiste et le harcèlement au travail dans tous les pays de production.
•    Les marques doivent demander aux usines avec lesquelles elles travaillent si celles-ci ont des sociétés sœurs qui appartiennent à la même société mère et les cartographier.
•    Prenez des mesures pour analyser les pratiques d’achat de l’entreprise pour prévenir les risques d’abus dans la chaîne d’approvisionnement.