Adidas abaisse ses prévisions de bénéfice d’un quart | RetailDetail

Adidas abaisse ses prévisions de bénéfice d’un quart

Adidas abaisse ses prévisions de bénéfice d’un quart

Adidas a beau être le grand gagnant, en tant que sponsor des maillots de foot de l’Allemagne et de l’Argentine à la Coupe du monde du Brésil, l’équipementier sportif allemand s’est pourtant vu contraint de lancer un avertissement sur bénéfice.

Bénéfice net d’à peine 650 millions d’euros

La Coupe du monde de football a non seulement boosté l’image d’Adidas, mais également ses ventes : avant même le début du championnat, Adidas avait déjà vendu plus de 14 millions de balles de football brazuca et plus de 8 millions de maillots de foot. Un record ! Malheureusement l’euphorie fut de courte durée.


Aujourd’hui Adidas a annoncé que les prévisions de bénéfice formulées précédemment n’étaient plus réalisables : initialement l’entreprise visait un bénéfice compris entre 830 et 930 millions d’euros, à présent Adidas se contentera d’un bénéfice annuel de 650 millions d’euros, soit un quart de moins. Par ailleurs le groupe annule ses prévisions de bénéfice pour 2015.


« Les récents événements en Russie, l’affaiblissement du rouble et la baisse de confiance des consommateurs locaux ont un impact sur la rentabilité à court terme », indique Adidas. En conséquence le management a décidé de « suspendre tous ses projets d’ouverture de nouveaux magasins dans la région et d’augmenter le nombre de fermetures de magasins. En prenant ces mesures, nous voulons limiter les risques pour l’entreprise », explique le groupe.


Chiffre d’affaires trimestriel de 3,465 milliards d’euros

Toutefois  la Russie n’est pas la seule source de soucis d’Adidas :  le marché des articles de golf est lui aussi en forte régression (-18%), alors que la marque Adidas au deuxième trimestre affiche une croissance de ses ventes de 10% (hors effets de change) et Reebok +9%.


Résultat : au deuxième trimestre le groupe a réalisé un chiffre de vente de 3,465 milliards d’euros, soit une progression d’à peine +2%. Le bénéfice opérationnel se limite à 220 millions d’euros, en partie suite aux lourds investissements marketing dans le cadre de la Coupe du monde de football. La réaction à la bourse a été impitoyable : aux heures de midi le cours de l’action avait chuté de plus de 14% par rapport à hier.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


H&M lance son propre service de réparation en magasin

21/06/2018

H&M introduit un nouveau concept : Take Care, un espace au sein du magasin où les clients peuvent faire réparer ou personnaliser leurs vêtements. Tant le nouveau magasin de Paris que le flagship store de Hambourg disposent déjà de ce service.

La nouvelle génération aux commandes de la chaîne de magasins de chaussures Maniet

18/06/2018

Allison Vanderplancke, âgée de 28 ans, succède à son père en tant que PDG de la chaîne de magasins de chaussures Maniet. Il s’agit déjà de la cinquième génération à la tête de l’entreprise familiale wallonne.

Afound, la première plate-forme de H&M, a été lancée en Suède

15/06/2018

Afound, la nouvelle formule multimarques du groupe H&M, a été lancée en Suède cette semaine. Avec la plate-forme web, les 2 premiers magasins qui ont ouvert leurs portes à Stockholm et à Malmö constituent un marché d’écoulement de vêtements soldés.

Le premier magasin Kiabi en Flandre s’installe à Bruges

14/06/2018

A peine deux ans après l’arrivée de Kiabi en Belgique, la marque française de prêt-à-porter ouvre son sixième magasin belge cet automne. Il sera situé à Bruges et sera le tout premier magasin en Flandre.

La maison-mère de Brantano bientôt cotée à la bourse de Bruxelles

13/06/2018

D’ici mi-juillet FNG Group espère être coté à la bourse de Bruxelles. Cette opération devrait permettre au groupe de mode de lever du capital frais afin de financer la transformation et l’expansion de l’enseigne Brantano.

JBC gagne du temps à la caisse grâce à la technologie RFID

07/06/2018

Grâce à la radio-identification (RFID), l’enseigne de mode JBC gagne une dizaine de secondes à la caisse par vêtement vendu. Les employés n’ont plus besoin de scanner les étiquettes de prix individuellement.