Adidas relève ses prévisions après un excellent deuxième trimestre

Shutterstock.com

Malgré quelques déceptions, Adidas a enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires et de ses bénéfices au cours du dernier trimestre. Le groupe allemand revoit par conséquent ses prévisions à la hausse pour l’ensemble de l’année.

 

Circonstances difficiles

Le chiffre d’affaires rapporté a grimpé de 51 % à 5,08 milliards d’euros entre avril et juin. À l’exception de la Grande Chine où le chiffre d’affaires s’est contracté de 16 %, la croissance est impressionnante partout. Pour expliquer le recul des performances dans la région asiatique, Adidas invoque explicitement à la situation géopolitique et les nouvelles restrictions sanitaires qui ont été imposées.

 

Mais les assouplissements dans d’autres secteurs ont permis une nette hausse des ventes dans les magasins physiques de l’entreprise et des autres retailers. Dans l’e-commerce, le chiffre d’affaires a en revanche reculé de 14 %. Adidas a également réussi à vendre davantage de produits à prix plein, ce qui a plus que compensé la hausse du coût des matières premières.

 

Le bénéfice d’exploitation s’est établi à 543 millions d’euros sur le trimestre. Sur la même période de l’année dernière, Adidas avait encore essuyé une perte d’exploitation de 263 millions. Selon Adidas, la marge bénéficiaire est presque revenue au niveau d’avant la pandémie. Sur le premier semestre, le chiffre d’affaires a gagné 34 % à 10,35 milliards d’euros. Le résultat opérationnel s’est établi à 1,25 milliard d’euros, contre une perte de 215 millions d’euros l’an dernier.

 

Adidas revoit ses prévisions à la hausse et table désormais sur une augmentation du chiffre d’affaires de 20 % sur l’ensemble de l’exercice (à taux de change constant). L’entreprise attend beaucoup d’une série de nouveaux produits et d’importants événements sportifs, dont les Jeux olympiques au Japon, sont au programme. Adidas prévoit un bénéfice net de 1,4 à 1,5 milliard d’euros. Jusqu’à présent, le groupe allemand tablait sur un bénéfice net compris entre 1,25 et 1,45 milliard d’euros.