Annulation de l’interdiction d’élevage d’animaux à fourrure aux Pays-Bas

Annulation de l’interdiction d’élevage d’animaux à fourrure aux Pays-Bas

Le jugement du tribunal de La Haye, selon lequel l’interdiction d’élevage d’animaux à fourrures (à partir de 2024) serait inconstitutionnelle, pourrait avoir un impact international considérable. Les fédérations européennes d’éleveurs de visons et de vendeurs de fourrures se réjouissent de ce verdict.

Pas de compensation pour la perte de revenus

Estimant que la fourrure est « un produit de luxe superflu », le sénat néerlandais a voté en 2012 l’interdiction d’élevage d’animaux à fourrure.  Un coup dur pour le secteur de la fourrure néerlandais, le troisième plus grand éleveur de visons, avec une production annuelle de 5 millions de fourrures. Selon les calculs de KPMG, la compensation pour la fermeture des établissements néerlandais d’élevage d’animaux à fourrure s’élèverait à environ 1,2 milliards d’euros.


Et c’est là que le bât blesse ! L’interdiction ne prévoyait aucune compensation pour les éleveurs d’animaux à  fourrure néerlandais qui auraient dû fermer leur exploitation et perdraient ainsi leur source de revenus. Le tribunal a estimé que cette mesure enfreignait la ‘Convention des droits de l’homme’ et a dès lors annulé l’interdiction d’élever des visons.


Un jugement à impact international

Ce jugement pourrait avoir des conséquences importantes à l’heure où les élevages d’animaux à fourrure sont remis en question dans plusieurs pays. « Le message des Pays-Bas  envers les politiciens européens est qu’ils réfléchissent à deux fois avant d’interdire l’élevage d’animaux à fourrure. J’espère que le jugement du tribunal de La Haye les convaincra qu’ils ont tout intérêt à soutenir, plutôt qu’ à  interdire un segment agricole prospère, respectueux du bien-être animal et générant des revenus d’exportation », souligne Wim Verhagen de la Fédération néerlandaise des éleveurs d’animaux à fourrure.


Isolde Delanghe, secrétaire de la Fédération belge de la Fourrure (Unizo), partage cet avis : « En Belgique aussi plusieurs politiciens ont déposé des propositions visant à interdire les élevages d’animaux à fourrure dans notre pays. La Fédération belge de la Fourrure et l’Association belge des éleveurs d’animaux à fourrure espèrent que les politiciens belges tiendront compte du verdict du tribunal de La Haye, avant de prendre une décision. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Esprit triple son bénéfice net en 2017

20/09/2017

Au cours de son exercice comptable 2016-2017 l’enseigne de mode Esprit est parvenue à tripler son bénéfice net. Pourtant le chiffre d’affaires a régressé de près de 9%, mais ce recul est lié essentiellement à la réduction du nombre de magasins.

Hema ne fait plus la distinction entre filles et garçons

20/09/2017

A la fin de cette année Hema abandonnera les indications de genre sur ses vêtements pour enfants : les emballages n’afficheront donc plus s’il s’agit d’un vêtement pour fille ou garçon.  Ainsi Hema s’inscrit dans une tendance actuelle très nette.

Fred & Ginger et GINGER réunis sous Fred + Ginger

19/09/2017

Les enseignes Fred & Ginger et GINGER, toutes deux propriétés du groupe FNG,  se regroupent sous le nom Fred + Ginger. Désormais les collections pour enfants de Fred & Ginger et les vêtements pour dames de GINGER seront disponibles sous le même toit.

La rénovation de Brantano porte ses fruits

15/09/2017

Le nouveau concept de l’enseigne de chaussures Brantano, sous la houlette du groupe FNG, rencontre un vif succès. Plus de la moitié des magasins ont déjà été transformés et les magasins rénovés génèrent en moyenne 20% de chiffre d’affaires en plus.

Les fortes réductions pèsent sur la croissance du CA de H&M Group

15/09/2017

Au troisième trimestre le chiffre d’affaires du suédois H&M Group a progressé de 5%, mais cette croissance a néanmoins été impactée par les promotions importantes accordées durant la période d’été.

Croissance de plus de 10% pour Hermès

14/09/2017

Au cours du premier semestre de 2017 le chiffre d’affaires de la marque de luxe française Hermès a augmenté de 11%. L’Asie en particulier a fait un grand bond en avant. Le bénéficie est lui aussi en hausse de 11%.

Back to top