Après la faillite, Schoenenreus tente une relance

Après la faillite, Schoenenreus tente une relance

Après la déclaration de faillite, l’enseigne de chaussures Schoenenreus tente une relance avec 141 magasins sur les plus de 200 points de vente de la chaîne aux Pays-Bas et en Belgique. Dorénavant le groupe se focalisera davantage sur les ventes en ligne et sur une nouvelle formule de magasin.

Fermeture de 65 magasins

Après avoir accordé un sursis de paiement à la chaîne, le tribunal du Brabant oriental aux Pays-Bas a finalement prononcé la faillite jeudi dernier. Le curateur s’était alors montré optimiste en vue d’une éventuelle relance, qui à présent a été confirmée lors d’une réunion des collaborateurs de Schoenenreus au Autotron Rosmalen. Les managers des différentes filiales ont dû s’y présenter avec  clés et badges d’accès pour éviter que les employés ne volent dans leur propre magasin après la déclaration de faillite.


Sur les 206 magasins de Schoenenreus au Benelux, 141 sont sauvés. Les 65 magasins restants, dont dix en Belgique, fermeront leurs portes d’ici peu. Grâce au plan de relance, quelque 1000 collaborateurs sur 1500 conserveront leur emploi. Toutefois le syndicat néerlandais FNV Bondgenoten se dit sceptique quant à la réorganisation de l’entreprise : selon le syndicat les licenciements touchent surtout les employés à hauts salaires, notamment les gérants de filiales.


Ventes en ligne et marques nationales

On ignore encore quels seront les magasins concernés par les fermetures. Le curateur a fait savoir que les investisseurs Synergia, Eric Companjen et Paul Schouwenaar continueront d’investir dans l’entreprise. La chaîne mise sur une nouvelle stratégie, privilégiant les ventes en ligne – depuis l’année dernière le webshop du retailer connaît un grand succès – et une nouvelle formule de magasin.


« L’assortiment sera adapté et suivra de plus près les tendances actuelles de la mode. L’accent se situera davantage sur les chaussures (de sport) et sur les accessoires de marques nationales et moins sur les vêtements. Cette stratégie que nous avons développée l’année dernière, va être appliquée maintenant de façon accélérée », indique-t-on. L’année dernière Schoenenreus a déjà converti 17 magasins selon ce nouveau concept. Et avec succès, car selon l’entreprise, les points de vente transformés affichent un chiffre d’affaires en hausse et une amélioration de la rentabilité.


Un secteur dans ses petits souliers

Schoenenreus, enseigne d’origine brabançonne, fondée en 1969, vend près de 7 millions de paires de chaussures par an et 3,2 millions de pièces de vêtements. En 2011 la chaîne a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 80 millions d’euros.


L’enseigne souffre notamment de la concurrence des ventes de chaussures via internet. La semaine dernière encore son rival Macintosch (Dolcis, Scapino, Manfield) a annoncé la fermeture de 70 magasins de chaussures.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: