Bestseller satisfait malgré une baisse de ses bénéfices de 72 %

Bestseller satisfait malgré une baisse de ses bénéfices de 72 %
Photo : Karl Aage Isaksen / Shutterstock.com

Bestseller, propriétaire entre autres de Vero ModaJack & Jones, se dit surpris de clôturer son exercice financier dans le vert. La baisse du chiffre d’affaires a été plus faible que prévu, même si les bénéfices se sont effondrés.

 

Reconnaissant

Bestseller se dit « reconnaissant et fier » d’avoir pu clôturer l’exercice 2019/20 (légèrement) dans le vert. Le bénéfice avant impôt a chuté de quelque 72 % à 776 millions de couronnes danoises (104 millions d’euros) sur l’exercice écoulé. Mais en raison de la crise sanitaire, le groupe de mode danois s’attendait plutôt à une perte : son CEO Anders Holch Povlsen parle d’un résultat positif inattendu.


La baisse du chiffre d’affaires a été plus réduite que prévu : le propriétaire d’Only et de Vila a réalisé un chiffre d’affaires net de 24,1 milliards de couronnes danoises (3,2 milliards EUR), soit 6,5 % de moins qu’un an plus tôt. C’est nettement moins que d’habitude et que ce qu’il espérait, admet la holding de mode, mais « compte tenu de la situation mondiale actuelle et des énormes défis auxquels la société et notre entreprise sont confrontées, nous ne pouvons qu’être fiers et satisfaits d’encore enregistrer un résultat positif ».

 

Plus que prévu

Le détaillant et grossiste en vêtements affirment avoir travaillé en étroite collaboration avec les fournisseurs et les clients en gros, ce qui a permis de laisser le portefeuille de magasins « plus ou moins inchangé ». Jusqu’à présent, la presque totalité des magasins propres et des points de vente de gros a survécu à la crise du covid. La société admet que cette performance est imputable à des concessions importantes des propriétaires, qui ont permis à Bestseller de conserver plus de contrats de bail que prévu. Seuls 14 des 2 600 points de vente ont définitivement fermé.


Au printemps, l’acteur multimarque a fait appel à un programme d’aide du gouvernement danois, mais Bestseller a déjà remboursé tout ce qu’il devait. Le groupe s’est cependant vu contraint de licencier 750 employés et Anders Holch Povlsen craint ouvertement des fermetures de magasins à l’avenir : « Comme toujours, nous adapterons notre portefeuille de magasins à la rentabilité de chaque marché. »


Car chaque marché est différent. Selon Bestseller, l’activité économique est pratiquement à l’arrêt en Inde, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud notamment, tandis que l’Europe centrale et du Nord reprend pied et que l’Europe du Sud progresse. Le retour à la normale sera un travail de longue haleine, a-t-il ajouté. Notamment en matière de durabilité et de numérisation, deux piliers fondamentaux de la stratégie de son groupe.