Burberry s’engage à ne plus utiliser de substances toxiques

Burberry s’engage à ne plus utiliser de substances toxiques

Burberry s’est engagé à éliminer toute substance toxique dans sa chaîne de production d’ici 2020. La marque de luxe britannique avait été mise lourdement sous pression suite à la publication d’un rapport de Greenpeace.

‘Little Monsters’

Le rapport ‘Little Monsters’ de Greenpeace avait  dénoncé la présence de substances toxiques dans les collections de vêtements pour enfants de certaines marques, dont Burberry. En réaction à ce rapport Burberry avait alors déclaré que ces vêtements étaient sans danger et conformes aux règlementations internationales. Un argument qui toutefois n’a pas suffi à convaincre les membres de Greenpeace.


Une vague de protestations s’est alors déclenchée contre la marque de luxe : des activistes ont manifesté devant des magasins Burberry et par ailleurs les réseaux sociaux Twitter, Facebook et Instagram ont été inondés de messages de sympathisants de Greenpeace, exigeant  que Burberry bannisse toute substance nocive de sa chaîne de production.


Pression sur d’autres marques de luxe

Finalement Burberry a donc cédé à la pression de Greenpeace et rejoint ainsi les 18 autres marques – dont Zara, Benetton, H&M et Levi's –  ayant déjà souscrit au ‘Detox Solution Commitment’ de Greenpeace. Toutes ces marques se sont engagées à réduire à zéro l’utilisation de substances toxiques d’ici 2020.


Cet engagement de Burberry pourrait inciter d’autres marques de luxe  à faire de même : « A l’approche des Fashion Weeks, les marques telles que Gucci, Versace et Louis Vuittion risquent d’être mises à l’écart. De la mode à petit prix jusqu’au luxe, chacun a le droit d’exiger que les vêtements qu’il porte ne contiennent pas de substances chimiques nocives et les grandes marques ont le devoir de veiller qu’il en soit ainsi », affirme Ilze Smit, militante Detox chez Greenpeace International.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Inditex : ralentissement de la croissance du CA

21/09/2017

Le groupe de mode espagnol Inditex, qui détient notamment les enseignes Zara et Massimo Dutti, a déçu les attentes des analystes au deuxième trimestre. En cause : le ralentissement de la croissance organique et les effets de change défavorables.

Esprit triple son bénéfice net en 2017

20/09/2017

Au cours de son exercice comptable 2016-2017 l’enseigne de mode Esprit est parvenue à tripler son bénéfice net. Pourtant le chiffre d’affaires a régressé de près de 9%, mais ce recul est lié essentiellement à la réduction du nombre de magasins.

Hema ne fait plus la distinction entre filles et garçons

20/09/2017

A la fin de cette année Hema abandonnera les indications de genre sur ses vêtements pour enfants : les emballages n’afficheront donc plus s’il s’agit d’un vêtement pour fille ou garçon.  Ainsi Hema s’inscrit dans une tendance actuelle très nette.

Fred & Ginger et GINGER réunis sous Fred + Ginger

19/09/2017

Les enseignes Fred & Ginger et GINGER, toutes deux propriétés du groupe FNG,  se regroupent sous le nom Fred + Ginger. Désormais les collections pour enfants de Fred & Ginger et les vêtements pour dames de GINGER seront disponibles sous le même toit.

La rénovation de Brantano porte ses fruits

15/09/2017

Le nouveau concept de l’enseigne de chaussures Brantano, sous la houlette du groupe FNG, rencontre un vif succès. Plus de la moitié des magasins ont déjà été transformés et les magasins rénovés génèrent en moyenne 20% de chiffre d’affaires en plus.

Les fortes réductions pèsent sur la croissance du CA de H&M Group

15/09/2017

Au troisième trimestre le chiffre d’affaires du suédois H&M Group a progressé de 5%, mais cette croissance a néanmoins été impactée par les promotions importantes accordées durant la période d’été.

Back to top