Chiffre d’affaires en hausse, mais bénéfice en baisse pour Puma

Chiffre d’affaires en hausse, mais bénéfice en baisse pour Puma

Au cours du trimestre écoulé la croissance du CA de l'équipementier sportif allemand Puma s'est ralentie et son bénéfice net a plongé en raison de la force du dollar. Des rumeurs concernant une possible vente de Puma par Kering refont surface.

 

Rihanna dynamise les ventes

Au cours du trimestre précédent, le bénéfice net de Puma a baissé de 31% à 20 millions d’euros, même si le chiffre d’affaires a progressé pour atteindre les 914 millions d’euros.  Une hausse de 3,1%, en tenant compte des effets de change.  Cette croissance se situe nettement en-dessous de la moitié des +7,6% du trimestre précédent.  Le résultat est également moins bon que les prévisions des analystes qui tablaient sur un bénéfice de 23,1 millions d’euros et sur un chiffre d’affaires de 918 millions d’euros.

 

Le dirigeant Bjorn Gulden se dit néanmoins satisfait : « Je suis ravi que cela fait cinq trimestres d’affilés que la vente des chaussures progresse.  Le lancement de la première chaussure ‘Puma by Rihanna’, la ‘Creeper’, a connu un grand succès et la plupart des détaillants étaient déjà en rupture de stock après quelques jours, et même parfois endéans les quelques heures.  Nous percevons également une tendance positive dans nos activités pour dames et, ces prochains mois, nous avons l’intention de miser encore davantage sur le consommateur féminin. »

 

Le CEO a souligné que la vente de vêtements de sport et de loisirs pour dames est en hausse et progresse davantage que la vente de vêtements pour hommes.


Puma (à nouveau) dans les étalages ?

Le bureau de presse financier Bloomberg pense savoir que l’entreprise Kering (ex-PPR) souhaite se débarrasser de sa participation majoritaire dans Puma.  En plus de Puma, Kering possède des marques de luxe comme Gucci, Bottega, Veneta et Yves Saint Laurent.

 

« Depuis 2011, la vente annuelle de Puma stagne autour des trois milliards d’euros et la rentabilité a ralenti depuis que Kering est devenu actionnaire majoritaire dans le capital », selon Bloomberg qui précise que Puma valait près de 5,3 milliards d’euros à l’époque, alors qu’aujourd’hui, l’entreprise ne vaut plus que 3,3 milliards d’euros.

 

Lorsqu’on lui a demandé une réaction au sujet des résultats trimestriels, le dirigeant Bjorn Gulden a réagi brièvement et clairement lors d’une téléconférence : « Cette rumeur réapparaît tous les trimestres. »

 

Tags: