Come-back de Veronique Branquinho lors de la Semaine de la mode à Paris

Come-back de Veronique Branquinho lors de la Semaine de la mode à Paris

Lors de la Semaine de la mode à Paris en septembre prochain, notre compatriote Veronique Branquinho, fera son come-back dans le monde du prêt-à-porter. Elle y présentera sa propre ligne de vêtements, en collaboration avec la maison de couture italienne Gibò.

« Relation à long terme »

La maison italienne annonçait elle-même la nouvelle à Women’s Wear Daily : « Gibó mettra tout en œuvre  afin de relancer la marque dans les différents magasins haut de gamme de par le monde, à commencer par le prêt-à-porter et les chaussures, et en complétant ensuite avec les accessoires », confie l’ambitieux président du conseil d’administration de Gibò, Franco Pené.


« Auparavant j’étais une entrepreneuse indépendante, responsable de tout. Cette nouvelle situation me convient parfaitement, car cela me permet de me concentrer entièrement sur la partie créative de mon job », explique Branquinho, confirmant ainsi la nouvelle sur le site de mode américain.


Selon la rumeur, Gibò aurait racheté l’entreprise de la créatrice, mais jusqu’à présent rien n’a été divulgué quant aux détails de cet accord. Pené parle toutefois d’une « relation à long terme ». Par le passé Branquinho avait déjà collaboré avec la maison italienne en créant des chaussures pour Iris, une filiale de Gibò.


« Nouveau chapitre » après des hauts et des bas

Branquinho a percé dans le monde de la mode à la fin des années ’90. Ensuite elle a connu une ascension fulgurante, allant de succès en succès et collectionnant les prix. Le Musée de la mode à Anvers lui a même consacré une exposition en 2007. Deux ans plus tard la crise frappait de plein fouet la société de Branquinho, la SA James, qui fut contrainte de déposer le bilan.


Ensuite Branquinho poursuit son parcours en tant que directrice artistique du maroquinier de luxe Delvaux, où l’année dernière elle annonçait soudainement son départ après (ou plutôt ‘à cause de’ ?) la reprise de Delvaux par les Chinois.


Lors de ce départ Branquinho annonçait déjà vouloir tourner la page et entamer « un nouveau chapitre » , qui sera donc sa collection come-back pour Gibò, qu’elle présentera lors de la Semaine de la mode à Paris en septembre prochain.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Hunkemöller à la conquête de la Suisse

17/08/2017

Après avoir lancé son webshop en Suisse en septembre de l’an dernier, l’enseigne de lingerie néerlandaise Hunkemöller compte désormais y ouvrir des magasins physiques. La première ouverture est prévue pour octobre.

Le chausseur Bally est à vendre

16/08/2017

Après s’être déjà séparé de la marque de chaussures britannique Jimmy Choo, la société d’investissement autrichienne JAB Holding cherche à présent à céder le chausseur suisse Bally pour un montant d’au moins 600 millions d’euros.

Crocs perd son brevet sur ses célèbres sabots

14/08/2017

L’enseigne de chaussures Crocs a perdu son procès concernant le brevet sur le design de ses célèbres sabots. Selon l’instance américaine Patent and Trademark Office (USPTO), une autre entreprise utilisait déjà un design semblable auparavant.

Zalando à nouveau en croissance de plus de 20%

10/08/2017

Zalando a atteint de justesse son objectif de croissance de plus de 20% au deuxième trimestre de 2017. Pour l’ensemble de l’exercice l’e-commerçant allemand continue de tabler sur une croissance comprise entre 20 et 25%.

Gucci intente un procès contre Forever 21

09/08/2017

Gucci a décidé d’intenter un procès contre la chaîne de vêtements Forever 21 aux Etats-Unis. Selon la maison de mode italienne, l’enseigne américaine aurait copié un design spécifique de la marque de luxe.

Ralph Lauren fait mieux que prévu

08/08/2017

La maison de couture Ralph Lauren a enregistré d’excellents résultats au premier trimestre. Tant sur le plan de son chiffre d’affaires que sur celui de ses bénéfices, les résultats dépassent les prévisions des analystes. Il y a un an, l’entreprise avait dû déplorer d’importantes pertes.

Back to top