Des enseignes de prêt-à-porter vont inspecter les usines textiles au Bangladesh

Des enseignes de prêt-à-porter vont inspecter les usines textiles au Bangladesh

Durant les prochains mois des inspecteurs iront contrôler sur place les conditions de travail dans les usines textiles bangladaises travaillant en sous-traitance pour des multinationales européennes. Cette mesure fait suite à la catastrophe de Dacca, où des ateliers s’étaient effondrés, causant la mort de plus de 1.100 personnes.

Septante grandes chaînes de distribution réclament davantage de sécurité

Suite à cette catastrophe, un groupe de septante retailers, principalement européens, ont signé un accord. Ils exigent que désormais les sous-traitants au Bangladesh respectent des règles de base au niveau de la sécurité, des conditions de travail et des salaires. Parmi les signataires, l’enseigne suédoise H&M, principal acheteur de vêtements au Bangladesh. Des syndicats et des organisations non-gouvernementales adhèrent également à l’accord.


Dans une première phase les sous-traitants bangladais seront mis en garde en cas de faute grave, avec l’obligation de remédier à la situation. Si dans ce cadre les activités de l’usine doivent être interrompues, les travailleurs continueront à percevoir leur salaire durant six mois.


Si une entreprise occidentale manque à son obligation de remettre le sous-traitant sur le droit chemin, les autres signataires seront en droit de porter plainte, auprès d’une commission consultative dans un premier temps, ensuite par voie juridique dans le pays d’origine de l’entreprise concernée.


Les Américains refusent de signer

Certaines chaînes, essentiellement américaines, comme Walmart, Gap et JC Penney n’ont pas voulu s’engager. Celles-ci préfèrent une autoréglementation et sont peu disposées à confier une part du contrôle aux syndicats. Pourtant les autorités américaines exercent une certaine pression. Ainsi le président Barack Obama a supprimé les privilèges du secteur textile bangladais, en raison du manque de sécurité persistant dans les usines.


Par contre d’autres marques américaines, sous la direction d’Abercrombie & Fitch et PVH, ont signé l’accord européen.


Au Bangladesh quelque 3,6 millions de personnes travaillent dans le secteur textile. Après la Chine, il s’agit du plus grand exportateur de vêtements au monde.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Yoox Net-a-Porter réalise un CA record en 2017

16/01/2018

En 2017 l’e-tailer Yoox Net-a-Porter (YNAP) a atteint un chiffre d’affaires record de plus de 2 milliards d’euros, soit une croissance de plus de 10% par rapport à 2016.

Hugo Boss : objectifs de croissance atteints en 2017

16/01/2018

La marque de mode allemande Hugo Boss a atteint les objectifs qu’elle s’était fixés pour 2017, grâce notamment à une forte croissance au 4ème trimestre. Sur l’ensemble de l’année le chiffre d’affaires a progressé de 3% hors effets de change.

Les propriétaires de C&A envisagent la vente de l’entreprise à des investisseurs chinois

15/01/2018

Selon l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, la famille néerlandaise Brenninkmeijer étudie la possibilité de se défaire de la chaîne de magasins de vêtements C&A.  Ce faisant, l’entreprise pourrait tomber aux mains d’investisseurs chinois.

Gucci ouvre un restaurant et un musée à Florence

12/01/2018

La maison de mode italienne Gucci a ouvert un musée et un restaurant pour cinquante personnes à Florence. Le chef triplement étoilé Massimo Bottura y servira des plats gastronomiques aux clients.

Bénéfice record pour la maison mère d’Uniqlo

11/01/2018

Fast Retailing, la maison mère de la marque de mode japonaise Uniqlo, a enregistré un bénéfice record au premier trimestre.  Il est le résultat des ventes à l’étranger, qui pour la première fois, étaient plus importantes que celles réalisées au Japon.

Une légère hausse du chiffre d’affaires pour Marie Jo & Co

11/01/2018

En 2017, le fabricant de lingerie originaire de Flandre orientale Van de Velde a enregistré un chiffre d’affaire en légère hausse à 208,7 millions d’euros.  La branche retail a obtenu de bien meilleurs résultats que les activités de gros.

Back to top