Des millions d'emplois menacés au Bangladesh à cause du coronavirus

Des millions d'emplois menacés au Bangladesh à cause de la crise du coronavirus
Pinar Alver / Shutterstock.com

En raison de la crise du coronavirus, le Bangladesh, deuxième producteur mondial de vêtements après la Chine, risque de perdre près de six milliards d'euros de chiffre d’affaire d’exportation. Les grands détaillants de prêt-à-porter annulant leurs commandes, ce sont des millions d'emplois qui sont menacés.

 

Six milliards de dollars perdus

« Combien de temps pourrons-nous encore tenir ? », soupire Siddiqur Rahman, un exportateur bangladais de prêt-à-porter qui fournit entre autres H&M et Walmart, sur Business of Fashion. La situation dans ce pays qui ne compte pas moins de quatre millions de travailleurs dans l’industrie textile est dramatique, comme le confirment également d'autres acteurs du secteur.

 

On estime que six milliards de recettes d'exportation risquent d'être perdus, les plus grandes marques et détaillants ayant déjà suspendu ou annulé leurs commandes. Selon les organisations de l’industrie locales et les producteurs, les annulations se multiplient chaque jour. De nombreuses usines devront fermer leurs portes si cette tendance se poursuit.

Toutes les commandes annulées jusqu'en juillet

Selon l’Association des fabricants et exportateurs d'articles de tricot, toutes les commandes ont été annulées ou suspendues jusqu'en juillet, mais les commandes suspendues seront en fin de compte également annulées. Il faut en effet trois mois pour que les commandes soient livrées, donc si les détaillants ne font pas parvenir leurs commandes rapidement, il sera trop tard. 

 

La fédération affirme avoir déjà perdu quelque trois milliards d'euros à cause de la crise du coronavirus, mais ce chiffre va encore augmenter. Pour la BGMEA, une autre association du secteur de l’habillement comptant 1048 usines affiliées, presque autant de commandes ont été suspendues ou annulées. Les emplois de quelque deux millions de travailleurs sont menacés.

Une catastrophe nationale

Primark a confirmé faire partie des chaînes de vêtements qui annulent leurs commandes. Avec déjà d’importants volumes de marchandises qui ne peuvent temporairement pas être vendues, la chaîne se refuse à accumuler davantage de stock invendable.  Le détaillant affirme perdre actuellement  807,82 millions de dollars (environ 740 millions d'euros) par mois.

 

Les vêtements représentant 84% du total des exportations du Bangladesh, la situation pourrait tourner à la catastrophe nationale. Le Premier ministre, Sheikh Hasina, a présenté un programme de soutien de 540 millions d'euros pour aider à payer les travailleurs affectés. Toutefois, le secteur de l'habillement estime que ces mesures sont insuffisantes.