Encore un avocat inculpé dans le dossier FNG

Encore un avocat inculpé dans le dossier FNG
Photo : Shutterstock

Un cinquième suspect a fait son apparition dans le dossier FNG: l’avocat David Lust a été inculpé. L’avocat ouest-flandrien est soupçonné d’avoir participé à la construction des montages frauduleux de la société mère de Brantano, aujourd’hui en faillite.

 

Services juridiques

Une nouvelle perquisition a permis d’identifier un nouveau suspect dans le dossier judiciaire sur le groupe de mode FNG, aujourd’hui en faillite. David Lust, un avocat basé à Ruiselede a confirmé à De Tijd avoir reçu la visite des enquêteurs. Il a été inculpé. Il s’agit de la cinquième inculpation après celles des trois fondateurs du FNG et de l’avocate Elke Janssens. Tous les cinq sont actuellement en liberté sous des conditions strictes. Au total, dix perquisitions ont déjà eu lieu.


David Lust est soupçonné d’avoir participé à la construction de montages frauduleux au sein du groupe de mode qui ont notamment permis la disparition de 110 millions d’euros dans une société-écran néerlandaise. Les enquêteurs ont de sérieux indices que l’avocat a fourni des services juridiques qui ont contribué à des faits de faux en écritures, d’abus de biens sociaux et de manipulation du marché. Selon De Standaard, c’est David Lust qui a élaboré ces structures controversées en collaboration avec des experts-comptables.

 

Actifs de l’entreprise

Le parquet d’Anvers répète que l’enquête se concentre sur « trois grands volets ». Le premier concerne les « montages frauduleux visant à tromper des tiers dans l’intention de lever des capitaux », comme le maquillage des résultats annuels en comptabilisant des rabais à l’avance via des centrales d’achat étrangères : 94 millions d’euros ont ainsi disparu.


Le deuxième porte sur les « retraits effectués sur le patrimoine de l’entreprise », en lien avec le troisième volet : le blanchiment d’argent. Concernant ce dernier volet, la question est surtout de savoir ce qui est advenu de l’argent qui a été retiré de l’entreprise. Le parquet a d’ailleurs précisé que le KV Malines n’était pas concerné par l’enquête.