Esprit lance une marque plus jeune et meilleur marché dès 2014

Esprit lance une marque plus jeune et meilleur marché dès 2014

Le CEO de l’enseigne de prêt-à-porter Esprit, José Manuel Martínez Gutiérrez, s’attend à ce que son groupe ne soit plus en déficit  « probablement dès l’année prochaine » et annonce d’ores et déjà la naissance d’une nouvelle marque.

Un petit frère pour Esprit

Le CEO José Manuel Martínez Gutiérrez a dévoilé ses projets dans l’édition du dimanche du journal Frankfurter Allgemeine Zeitung, en annonçant le lancement d’une nouvelle marque, « peut-être déjà au cours du premier semestre de l’année prochaine. »


La nouvelle marque sera plus jeune et meilleur marché qu’Esprit (tout comme edc, la deuxième marque du groupe). « Nous lançons cette marque comme une start-up, avec quelques magasins en gestion propre, de manière à pouvoir contrôler les coûts. Ensuite nous testerons le concept  sur nos marchés clés : l’Allemagne, l’Autriche et le Benelux », explique le PDG espagnol, qui en septembre de l’an dernier quittait Inditex pour rejoindre Esprit avec pour mission de remettre la marque en difficulté sur les rails.


« Bientôt » à nouveau bénéficiaire

En 2008 Esprit était encore le numéro  4  mondial du marché de la mode, après Gap, H&M et Zara.  Depuis son chiffre d’affaires a chuté d’un cinquième et sa part de marché n’a jamais été aussi faible. « Une évolution dramatique », indique le CEO, « surtout parce que les coûts durant cette même période ont augmenté d’un cinquième. » En mars dernier, après une énième baisse du chiffre d’affaires,  le groupe annonçait être en déficit et ce pour la première fois en vingt ans.


« Notre mission consiste à inverser la tendance. Les derniers résultats trimestriels montrent déjà une légère amélioration », affirme José Manuel Martínez Gutiérrez. Durant le premier semestre le chiffre d’affaires a régressé de 5,1%, mais durant le deuxième semestre de l’exercice Esprit espère limiter  la baisse à 1,6%.


L’étape suivante sera la croissance « probablement d’ici deux à trois ans », estime le CEO,  «  financièrement parlant, certainement. Pour l’instant nous maîtrisons les coûts et grâce à une augmentation du capital, nous disposons de suffisamment de moyens pour relancer Esprit. J’estime que bientôt – probablement déjà l’an prochain – nous ne ferons plus de pertes. L’année dernière la situation était bien moins encourageante. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: