FNG dément la reprise de e5 mode, mais soulève des questions

e5 mode
e5 mode / Foto RetailDetail

Le groupe FNG n’a pas l’intention de reprendre e5 mode, mais s’engage dans une collaboration commerciale avec la holding chapeautant l’enseigne de mode déficitaire. C’est ce qu’annonce un communiqué de presse qui suscite plus de questions qu’il n’apporte de réponses.


Collaboration

Après l’annonce la semaine dernière de la reprise du groupe autour de e5 mode par Feniks Holding, une société de l’entrepreneur Frédéric Helderweirt de Dilbeek, plusieurs observateurs ont suggéré que cette transaction était le signe avant-coureur d’une reprise finale de e5 mode par FNG. Selon eux, diverses indications allaient en ce sens.


En effet, jusqu’il y a peu Helderweirt travaillait pour FNG et ce depuis plusieurs années. Il y était notamment responsable de la transformation des magasins de chaussures Brantano. En outre les deux entreprises ont annoncé une étroite collaboration au niveau des achats. D’où l’hypothèse que le repreneur aurait été envoyé au préalable pour restructurer e5 mode et ainsi préparer l’enseigne pour une acquisition.  Un scénario similaire s’est produit il y a quelques années, lorsque le CEO Dieter Penninckx a personnellement repris Brantano, pour ensuite revendre la chaîne à FNG après sa restructuration.


« Pas d’intention de reprise »

Suite à ces spéculations la cotation du titre FNG a été suspendue jeudi dernier, dans l’attente d’un communiqué de presse, qui finalement n’a été publié que quatre jours plus tard. « Contrairement aux informations dans certains médias ces derniers jours, aucun accord n’a été conclu entre Feniks Holding BV et le groupe FNG en vue de racheter les actions de e5 mode (à terme). Il n’y a actuellement aucune intention de reprise des actions de e5 mode par FNG NV », précise le communiqué de presse.


Néanmoins le communiqué confirme que e5 mode aura recours à la plateforme d’achat du groupe FNG, qui depuis de nombreuses années est active dans différentes régions et dispose de bureaux en Turquie, en Inde et en Chine. Le CEO Penninckx souligne en outre que sa plateforme est ouverte à des tiers : « Ainsi nous tendons la main à d’autres acteurs commerciaux du secteur de la mode et des chaussures au Benelux, afin de renforcer la position des acteurs locaux. » Actuellement la production pour des tiers représente déjà 15% des activités.

 

Eaux turbulentes

Mais ce communiqué de presse ne semble pas fournir une réponse satisfaisante aux nombreuses questions et suppositions qui pour l’instant circulent sur le marché. Ces dernières années FNG s’est fortement développé par le biais de reprises – parfois risquées – et se trouve actuellement dans des eaux turbulentes. La récente reprise de l’e-commerçant scandinave Ellos avait suscité de nombreuses critiques de la part des analystes, qui s’interrogeaient sur le financement de l’opération et sur les synergies visées.


Peu après FNG a remanié son conseil d’administration : le président Eric Verbaere et le CFO Nico Bondroit ont abandonné leur fonction, tandis que Roald Borré est devenu le nouveau président. Un changement managérial qui n’avait rien à voir avec les précédentes critiques concernant le rachat d’Ellos, soulignait le groupe. Par ailleurs l’entreprise vient d’annoncer qu’elle fermerait la majeure partie des magasins néerlandais des enseignes Promiss et Steps au printemps prochain,  pour se focaliser pleinement sur la stratégie ‘digital first’.