FNG demande une troisième chance et nomme un nouveau conseil d’administration

FNG demande une troisième chance et nomme un nouveau conseil d’administration
Trygve Finkelsen / Shutterstock.com

FNG, l’ancienne holding propriétaire de Brantano, prépare à un nouveau départ. Le groupe tournera entièrement autour du spécialiste de l’e-commerce Ellos et souhaite limiter le pouvoir des trois fondateurs. Du moins si les actionnaires sont d’accord.

 

Le trio fondateur sur la touche

FNG veut maintenant laisser derrière elle sur son passé tumultueux. Le 16 juin, une assemblée générale extraordinaire des actionnaires se prononcera sur des modifications importantes des statuts de la société et la nomination d’un nouveau conseil d’administration. Le groupe de mode est actuellement doté d’un conseil de surveillance et d’un conseil d’administration. Ils seront remplacés par un conseil d’administration unique – entièrement composé de nouveaux visages.


L’objectif est clairement de mettre les trois fondateurs de FNG – Dieter Penninckx, Anja Maes et Manu Bracke – hors circuit. Le trio, plusieurs avocats et désormais leur cabinet d’avocats sont en effet inculpés de fraude dans le cadre d’une enquête toujours en cours. En tant qu’actionnaires principaux (43%), le trio tient toujours les rênes du pouvoir : il dispose d’un double droit de vote double à l’assemblée des actionnaires et peut largement déterminer eux-mêmes qui siègera au conseil de surveillance, rapporte De Standaard. Cela doit changer.


Ils seraient remplacés par un conseil d’administration totalement renouvelé, comprenant l’actuel CEO Paul Lembrechts. Sophie Manigart, Alain Hellebaut, Nadine Vanovenberghe et Sonny Luypaert remplaceront les anciens administrateurs de FNG comme Gino Van Ossel, Emiel Lathouwers et Roald Borré. Du moins si les changements sont approuvés le 16 juin. Ces projets s’inscrivent dans le cadre du plan de relance annoncé par Paul Lembrechts et Roald Borré fin 2020.

 

Ellos

« Si les actionnaires approuvent la modification des statuts et accordent leur confiance au nouveau conseil d’administration le 16 juin, une feuille de route claire vers une nouvelle organisation sera progressivement élaborée », a déclaré Paul Lembrechts dans un communiqué de presse. « Ces derniers mois, nous avons réalisé d’énormes progrès concernant le futur de FNG. Nous pensons qu’une relance est désormais assurée, avec le groupe Ellos comme atout majeur de la nouvelle FNG. »


L’accord trouvé avec Nordic Capital, l’ancien propriétaire d’Ellos, a constitué une autre étape importante. Les problèmes de FNG ayant éclaté peu après cette acquisition coûteuse, le vendeur n’a jamais perçu l’intégralité du prix convenu. De plus, la transaction s’est effectuée en grande partie en actions FNG, qui se sont rapidement révélées sans valeur.  


Les deux parties sont entre-temps parvenues à un accord, en vertu duquel Nordic accordera un prêt à FNG pour lui permettre d’introduire Ellos en Bourse. FNG deviendra un groupe coté en Bourse avec une participation majoritaire dans Ellos, qui sera également cotée en Bourse. En échange de cette aide, Nordic obtiendra à nouveau une participation dans la plateforme d’e-commerce de Nordic. 

 

Poule aux œufs d’or ?

FNG s’accroche obstinément à Ellos, non seulement parce qu’il s’agit de sa dernière bouée de sauvetage, mais aussi parce que l’acteur en ligne « a clairement le vent en poupe », a déclaré Paul Lembrechts. 2020 a été une année record avec un chiffre d’affaires de 2,3 milliards de couronnes suédoises, soit 316 millions d’euros. Le CEO souligne également les « cash-flows opérationnels positifs » et des liquidités solides. L’année 2021 aurait d’ailleurs commencé tambour battant, avec des taux de croissance supérieurs à 20%.


FNG a-t-il enfin trouvé sa poule aux œufs d’or ? L’entreprise espère être en mesure de publier ses résultats annuels 2020 d’ici septembre, puis d’entrer en Bourse. Le titre avait été radié l’an dernier par la FSMA – par l’organisme de surveillance des marchés boursiers – après que des irrégularités ont été révélées.