FNG fait son entrée à la bourse de Bruxelles avec 60 millions d’euros

FNG fait son entrée à la bourse de Bruxelles avec 60 millions d’euros

Le groupe de mode FNG a levé 60 millions d’euros lors d’une nouvelle émission d’actions. A partir du 9 juillet les nouvelles actions seront cotées non seulement à la bourse d’Amsterdam, mais également et pour la première fois à la bourse de Bruxelles.

FNG de retour en Belgique avec du capital frais

« L’opération qui visait à ce que FNG redevienne une société belge, également cotée à la bourse de Bruxelles, a été finalisée et à partir de lundi il en sera ainsi », annonce le CEO Dieter Penninckx. Le groupe de mode y a également placé près de 60 millions de capital frais, grâce à  l’émission de nouvelles actions.


Les investisseurs, tant institutionnels que particuliers, ont eu jusqu’au 5 juillet pour souscrire à une nouvelle émission d’actions de FNG : le groupe belgo-néerlandais a émis 2,2 millions de nouvelles actions, qui ont été valorisées à 27 euros par action.


Cette opération a permis au groupe de lever 59,9 millions d’euros au total. A partir du lundi 9 juillet les nouvelles actions seront cotées publiquement, tant à la bourse d’Amsterdam – où le groupe est déjà coté depuis un certain temps – qu’à la bourse de Bruxelles, et ce pour la première fois.


Investissement dans l’expansion de Brantano

L’introduction en bourse et l’augmentation de capital du groupe FNG a pour objectif de soutenir l’expansion de Brantano. « Nous voulons poursuivre avec force sur la voie empruntée », indique Dieter Penninckx.


La plateforme en ligne de Brantano a été lancée il y a trois mois. A partir de cet été l’enseigne y proposera de nouveaux vêtements et chaussures, mais y renforcera également le lien avec les magasins physiques, dont deux nouvelles variantes sont prévues : Boetik by Brantano, avec l’accent sur la mode et les marques premium et les grands one-stop-shops de Brantano Market.


Selon Penninckx, l’avenir est à l’omnicanal : « C’est ce que nous prouvons déjà maintenant. Nous sommes convaincus qu’au niveau local nous pouvons faire face à la concurrence de Zalando. Le chiffre d’affaires en ligne comprend trois éléments, dont la pure vente online constitue la plus petite partie : notre chiffre d’affaires réalisé via le système ‘click to reserve’ et via les bornes de commandes en magasin est nettement plus élevé. »


Le lien avec les magasins physiques permet également de diminuer fortement le pourcentage de retours, précise le CEO. « Les gens apprécient de pouvoir essayer et retirer leur commande en magasin ; se rendre à la poste à chaque fois, n’est pas toujours agréable. »


Un fort potentiel de croissance en ligne

Penninckx estime qu’il y a encore un fort potentiel de croissance en ligne, qui nécessite néanmoins de gros investissements. C’est pourquoi le groupe mise notamment sur le marketing digital et l’intelligence artificielle. « Si vous ne proposez pas 10.000 UGS différents, les consommateurs décrocheront en raison du manque de choix. Mais s’ils doivent naviguer trop longtemps, ils décrocheront tout aussi bien. Grâce à l’intelligence artificielle nous parvenons à orienter plus rapidement le consommateur vers le produit souhaité. »


Les autres marques du portefeuille de FNG, notamment CKS, Claudia Sträter et Expresso, profitent elles aussi des investissements dans la plateforme en ligne de Brantano. « Nous avons développé une plateforme à la pointe de la technologie, dont 90% est également utilisable pour nos autres enseignes. »