FNG renforce sa position aux Pays-Bas grâce à la reprise d’Expresso | RetailDetail

FNG renforce sa position aux Pays-Bas grâce à la reprise d’Expresso

FNG renforce sa position aux Pays-Bas grâce à la reprise d’Expresso

La maison de mode belge FNG reprend l’enseigne pour dames néerlandaise Expresso. Ainsi le groupe , qui détient notamment les marques Fred & Ginger et Claudia Sträter, renforce sa position aux Pays-Bas et en Allemagne.

« Complémentarité avec Claudia Sträter »

La marque Expresso, dont le siège principal se situe à Amsterdam, existe depuis 30 ans déjà et est distribuée dans plus de 800 magasins au Benelux et en Allemagne. La marque vise le moyen de gamme supérieur et est donc, selon FNG, complémentaire de la marque Claudia Sträter, qui elle se focalise sur un segment légèrement supérieur.


Au niveau organisationnel aussi les deux marques néerlandaises se complètent parfaitement  : alors que Claudia Sträter dispose de son propre réseau de magasins, la grande force d’Expresso réside dans sa forte présence dans le commerce de gros. Par ailleurs Expresso exploite 24 magasins en propre et 19 shop-in-shops dans des magasins plus grands.


Grâce à cette reprise, le groupe FNG compte désormais 800 collaborateurs et son chiffre d’affaires atteint  les 125 millions d’euros sur base annuelle (dont un quart est généré par Expresso). L’année prochaine le groupe fêtera ses dix ans d’existence.


Prochaine étape : Un flagship store Expresso en Belgique ?

« Nous avons toujours dit que la stratégie multimarques que nous appliquons en Belgique, serait également déployée aux Pays-Bas. A présent, la reprise d’Expresso nous donne une occasion supplémentaire de le faire », affirme Dieter Penninckx, managing director de FNG.


FNG détient différentes marques fortes. Expresso s’adresse au segment moyen supérieur. Ne craignez-vous pas d’empiéter sur le groupe cible de CKS ?

Dieter Penninckx : « Non. Expresso vise un segment légèrement supérieur à celui de CKS. Par ailleurs pour définir un groupe cible, il n’y pas que l’âge et le prix qui entrent en ligne de compte. Expresso se caractérise par un style plus néerlandais,  avec un accent davantage  citadin. Je ne crains pas de cannibalisation entre les  deux marques. »

 

L’année dernière vous avez racheté Claudia Sträter. Depuis vous avez ouvert quelques magasins de la marque en Belgique. Envisagez-vous également l’ouverture  de points de vente physiques d’Expresso en Belgique ?

Dieter Penninckx : « Nous en avons certainement l’intention. Pour promouvoir une marque, il faut un flagship store. Nous envisageons l’ouverture d’un magasin Expresso assez rapidement, mais nous nous y prendrons un peu plus calmement qu’avec Claudia Sträter. Pour cette dernière marque nous souhaitons atteindre le cap des cinq magasins à court terme. Claudia Sträter était d’ailleurs déjà implanté en Belgique auparavant. »


Un flagship store est-il prévu en Allemagne ?

Dieter Penninckx : « Nous n’avons pas encore de projets concrets en ce sens, mais nous avons d’autres plans en Allemagne. Nous souhaitons tirer profit de la forte position d’Expresso dans le commerce de gros allemand, afin d’y introduire nos autres marques. »


Avec ses 6 concepts différents, FNG n’a-t-il pas atteint un plafond sur le marché belge et néerlandais ? La croissance future ne devrait-elle pas provenir d’une expansion géographique ?

Dieter Penninckx : « La Belgique se tourne souvent vers la France dans un premier temps. C’est d’ailleurs ce que nous faisons avec CKS. Par contre les Pays-Bas s’orientent logiquement vers l’Allemagne comme marché d’exportation : Expresso y est déjà bien implanté. Il me paraît donc logique qu’à l’avenir  nous nous tournions en priorité vers ces marchés. Mais pour l’instant nous préférons nous concentrer sur le Benelux. »


La reprise d’Expresso implique-t-elle des conséquences pour le personnel ? Au niveau du backoffice vous souhaitez réaliser des bénéfices de synergie, n’est-ce pas ?

Dieter Penninckx : « Suite à la reprise, nous comptons 280 employés supplémentaires. Je ne pense pas que leurs jobs soient menacés. Notre objectif premier est de grandir, tant au niveau du chiffre d’affaires, qu’au niveau des effectifs. Par contre à terme nous n’aurons plus qu’un seul quartier général aux Pays-Bas. Actuellement les sièges principaux de Claudia Sträter et d’Expresso sont encore séparés. Mais nous savons par expérience qu’à ce niveau-là les employés aux Pays-Bas sont plus flexibles qu’en Belgique. »

 

 

Interview : Johan Van Geyte

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Zara ouvre un nouveau flagshipstore munis d’hologrammes et de robots

18/05/2018

Dans le nouveau flagshipstore Zara à Stratford, dans l’est de Londres, les clients sont accueillis par des hologrammes, des bras robotisés et des vendeurs armés d’iPads.  Le magasin souhaite associer le meilleur du shopping online et offline.

Hema écope d’une amende de plusieurs millions suite à un conflit avec Levi’s

17/05/2018

Le tribunal de Bruxelles a infligé une amende de 4,4 millions d’euros à Hema, suite à un conflit avec la marque de jeans Levi’s, qui reprochait à l’enseigne néerlandaise d’avoir reproduit les coutures en V de Levi’s sur ses propres collections.

L’expansion plonge Suitsupply dans le rouge

15/05/2018

Suite aux gros investissements consacrés à son expansion en 2017, Suitsupply a vu grimper non seulement son CA, mais également sa perte. Pourtant c’est la seule façon d’avancer, estime la chaîne néerlandaise, qui garde les yeux rivés sur les USA.

Belgian Friday, le nouveau weekend promotionnel en ligne belge

15/05/2018

Après le Black Friday voici maintenant la première édition du Belgian Friday : ce vendredi 18 mai les chaînes Kiabi, La Redoute, Sarenza, Veritas, Jack & Jones et Tape à l'oeil lancent un nouvel événement shopping, avec des réductions et des actions pour les e-acheteurs.

.NU : un concept de luxe destiné aux hommes

15/05/2018

Alors que les grandes chaînes du retail se battent pour leur survie, de petites boutiques innovantes fleurissent dans les rues commerçantes. .NU, à Gand, fait partie de ces concepts qui souhaitent remédier au manque de boutiques de luxe pour hommes.

Le bénéfice de Zalando complètement anéanti

08/05/2018

Au 1er trimestre de 2018  Zalando a vu fondre son bénéfice: le bénéfice net de 5,1 millions d’euros s’est transformé en une perte de 15 millions d’euros. Par contre le CA a bondi de 22%. Les deux résultats s’expliquent par les gros investissements.