Gerry Weber demande la protection pour redémarrer

La société mère de Gerry Weber est en cessation de paiement. La chaîne de mode allemande souhaite redémarrer ses activités, mais veut d’abord se restructurer en profondeur. 230 magasins devront fermer leurs portes et près de 900 emplois sont menacés.

 

La restructuration n’est pas suffisante

Gerry Weber International a demandé un report de paiement juste avant le début du week-end dernier et le groupe de mode allemand l'a obtenu. Mi-janvier, la société avait dû reconnaître des coûts plus élevés que prévu enregistrés durant l'exercice écoulé et les chiffres de perte étaient décevants : 44,2 millions d'euros de coûts supplémentaires auraient entraîner une perte annuelle de 192,3 millions d'euros.

 

Lors d’une prévision antérieure, la perte s'élevait à 148 millions d'euros, par rapport à un bénéfice de 10,3 millions d'euros un an auparavant. Le chiffre d'affaires avait également baissé de 10 pour cent à 795 millions d'euros. « Nous allons obtenir la flexibilité dont nous avons besoin et jeter des bases solides pour rendre l’entreprise solide, comme auparavant », avait déclaré Florian Frank, directeur restructuration, à ce moment-là.

 

Maintenant que les résultats s'avèrent encore moins bons que prévu, Gerry Weber n'arrivera pas à atteindre ses objectifs par le biais des seules restructurations en cours. Au mois de décembre, on savait déjà que 230 magasins devaient fermer leurs portes, alors qu’on mentionnait également « un nouveau concept de financement durable » qui aurait été finalisé fin janvier. Il est possible que cela ait capoté et c’est peut-être la raison pour laquelle le groupe doit maintenant se protéger contre ses créanciers.

 

900 emplois et 230 magasins sont en danger

Le retailer de la mode devrait supprimer jusqu'à 900 emplois. Au total, le groupe emploie près de 6.500 personnes, avec plus de 1.200 magasins en gestion propre, quelque 300 boutiques franchisées et environ 2.500 shop-in-shops. Les licenciements toucheront tous les secteurs de l'entreprise, y compris le département de la logistique et le siège social, mais on ne connaît pas encore les magasins qui vont devoir mettre la clé sous le paillasson.

 

Le directeur néerlandais Herbert Blom avait néanmoins qualifié Gerry Weber aux Pays-Bas d' « entreprise saine ». « On nous demandera de garder un œil sur les coûts. Puisque nous sommes rentables, nous n'avons pas besoin de fermer des magasins ici », a déclaré le dirigeant à RTL Z.