GrandVision, la maison mère de Pearle, plonge dans le rouge

GrandVision, la maison mère de Pearle, plonge dans le rouge
Shutterstock.com

GrandVision, propriétaire de chaînes de lunettes comme Pearle et Eye Wish, a été frappée de plein fouet par la crise sanitaire l’an dernier. Le groupe a même clôturé son exercice financier sur une perte nette.

 

Fermetures de magasins

En 2020, GrandVision a réalisé un chiffre d’affaires de 3,48 milliards d’euros, en baisse de 12,2%. Les fermetures obligatoires de magasins dans plusieurs pays ont lourdement pesé sur les résultats. Les revenus de l’e-commerce électronique ont progressé de 85%.

 

Le bénéfice d’exploitation net (EBITDA) a reculé de 43,1% à 266 millions d’euros. Enfin, le groupe a essuyé une perte nette de 45 millions d’euros, rapporte De Telegraaf. En 2019, il avant encore enregistré un bénéfice net de 195 millions d’euros. Malgré ces mauvais résultats, une reprise s’est amorcée au second semestre. La perte est en réalité entièrement imputable aux six premiers mois de l’exercice.

 

GrandVision a réduit le nombre de magasins de 7406 à 7260 l’an dernier. Compte tenu des incertitudes liée à la crise sanitaire, la chaîne d’optique n’a publié aucune prévision concrète pour l’année à venir. Le management attend cependant une amélioration des résultats au second semestre.

 

Reprise

Pour ce qui concerne la tentative d’acquisition par EssilorLuxottica, le groupe néerlandais s’attend toujours à ce que la transaction soit bouclée dans les cinq mois. GrandVision dit également appuyer le géant franco-italien de l’optique pour obtenir l’approbation de l’opération par les autorités compétentes. Le deal est en cours d’examen notamment dans l’UE, au Chili et en Turquie. Les États-Unis, la Colombie, le Brésil, le Mexique et la Russie l’ont déjà approuvé sans réserve.