Gucci suspecté d’évasion fiscale

Gucci suspecté d’évasion fiscale

Gucci suspecté d’évasion fiscale
Shutterstock

Les bureaux de Gucci à Milan et Florence ont été perquisitionnés par le fisc italien qui soupçonne le groupe de luxe d’évasion fiscale. Gucci confirme qu’une enquête est en cours et dit accorder sa pleine coopération aux autorités compétentes.

Revenus déclarés en Suisse

« Suite à un article paru dans un journal italien concernant un contrôle mené par la police fiscale dans les bureaux de Gucci à Milan et Florence, Gucci confirme son entière coopération avec les  autorités compétentes et est confiant dans l’exactitude et la transparence de ses opérations », affirme le groupe de luxe.


Le fisc soupçonne Gucci d’avoir déclaré des activités italiennes en Suisse durant plusieurs années, faisant échapper ainsi jusqu’à 1,3 milliard d’euros d’impôts au fisc italien. Un ancien collaborateur de Gucci aurait dénoncé ces pratiques d’évasion fiscale à la justice.


Si Gucci est jugé coupable, cela représentera un coup dur pour la marque de luxe, qui au troisième trimestre a enregistré un chiffre d’affaires de 1,5milliard d’euros, soit une croissance organique de près de 50%.


Prada aussi

Gucci n’est pas la seule marque de luxe italienne à avoir été visée par le fisc italien. En 2013 Prada s’est vu infliger une amende de 470 millions d’euros en raison d’évasion fiscale.


Le fisc italien a également ouvert des enquêtes à l’encontre d’Apple, Google, Amazon et Facebook pour des pratiques similaires. Les deux premiers ont déjà écopé d’une amende de plus de 300 millions d’euros, alors que pour les deux autres les enquêtes sont toujours en cours.
 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Cinq ans après le drame du Rana Plaza : « Trop peu de mesures gouvernementales »

24/04/2018

Cinq ans après l’effondrement des usines textiles du Rana Plaza au Bangladesh, la Belgique prend peu de mesures contraignantes pour obliger les fabricants à garantir une production durable. C’est ce qui ressort d’une nouvelle étude de la KULeuven.

Grupo Cortefiel devient Tendam

23/04/2018

Le groupe de mode espagnol Grupo Cortefiel s’appellera dorénavant Tendam. Ce changement de nom s’inscrit dans la volonté de créer une nouvelle identité pour les cinq marques : Cortefiel, Women’s Secret, Pedro del Hierro, Fifty Factory et Springfield.

Un avertissement sur chiffre d’affaires et bénéfices pour le groupe de lingerie Van de Velde

19/04/2018

Le groupe de lingerie Van de Velde (connu pour des marques comme Marie Jo et PrimaDonna et des chaînes comme Rigby & Peller et Lincherie) fait face à d’importantes difficultés : le groupe ne table plus sur une croissance du CA cette année.

Monki rémunère les ‘influenceurs’

16/04/2018

Monki, filiale du groupe H&M, va collaborer avec des ‘influenceurs’ : le label de mode lance un programme mondial permettant aux personnalités des réseaux sociaux de gagner de l’argent si un vêtement est vendu par leur intermédiaire.

La chaîne de mode française Naf Naf passe sous giron chinois

12/04/2018

Naf Naf, la chaîne mode française appartenant au groupe Vivarte, change de propriétaire. Un consortium chinois sous la direction du groupe de mode La Chapelle a mis 52 millions d'euros sur table pour l'acquisition de la marque française.

French Connection cède la marque Toast au groupe Bestseller

10/04/2018

Le retailer de mode britannique French Connection, connu pour son acronyme  FCUK, cède sa marque Toast au groupe danois Bestseller, qui détient notamment les labels Vero Moda et Jack & Jones.