H&M envisage un contrôle plus strict de ses fournisseurs au Bangladesh

H&M envisage un contrôle plus strict de ses fournisseurs au Bangladesh

La chaîne de mode suédoise H&M souhaite intensifier les contrôles sur ses fournisseurs au Bangladesh et au Cambodge, en vue de combattre l’exploitation des travailleurs et les mauvaises conditions de travail dans les usines où l’enseigne fait fabriquer la plupart de ses vêtements.

Respect du droit international du travail

C’est pourquoi H&M a lancé un projet pilote dans deux usines au Bangladesh et une au Cambodge, dont l’enseigne est le seul client. Les trois unités de production devront garantir la sécurité sur le lieu de travail et s’engager à payer un salaire minimum. Le projet prévoit également d’effectuer davantage de contrôles de qualité.


« Nous considérons ces usines comme des centres d’essai, où nous pouvons tester toutes sortes de choses, pour ensuite les appliquer à plus grande échelle dans tout notre chaîne d’approvisionnement », explique Anna Gedda, responsable du développement durable.


Les autres fournisseurs de H&M devront eux aussi se tenir à des règles plus strictes. H&M leur impose un code de conduite quant à la façon de traiter leur personnel. L’enseigne y fait référence à la Déclaration de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) relative aux principes et droits fondamentaux au travail, où il est notamment question de la liberté d'association et du droit de négociation collective.


H&M a délocalisé une partie de sa production au Bangladesh en 1982 et au  Cambodge en 1998. Globalement le groupe achète pour deux tiers en Asie, le tiers restant en Roumanie, en Turquie et en Italie.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Une lueur d’espoir pour le commerce de la mode en 2018

08/12/2017

Le plus dur est passé pour le secteur de la mode, conclut l’étude de McKinsey. Mais rien ne sera plus comme avant : la croissance proviendra surtout du Sud et de l’Orient, le fast-fashion s’accélérera et les grands gagneront du terrain.

Weekday également à Bruxelles au printemps prochain

06/12/2017

Après deux boutiques à Anvers, Weekday, l’une des enseignes appartenant au groupe suédois H&M, fera son entrée à Bruxelles au printemps prochain avec l’ouverture d’un magasin dans la rue Capitaine Crespel, à deux pas de l’avenue de la Toison d’Or.

Gucci suspecté d’évasion fiscale

04/12/2017

Les bureaux de Gucci à Milan et Florence ont été perquisitionnés par le fisc italien qui soupçonne le groupe de luxe d’évasion fiscale. Gucci confirme qu’une enquête est en cours et dit accorder sa pleine coopération aux autorités compétentes.

L’ASBL Terre vise 5 Factory Shops dans la région bruxelloise

01/12/2017

Cette semaine l’ASBL Terre a ouvert un deuxième Factory Shop dans la région bruxelloise, à Anderlecht plus précisément. L’entrepôt propose des vêtements de seconde main à grande échelle, collectés via des containers répartis dans tout le pays.

Quiksilver lance une offre publique d’achat sur Billabong

01/12/2017

La marque de surf Quiksilver a lancé une offre publique d’achat de près de 150 millions de dollars (125 millions d’euros) sur son concurrent Billabong, sans doute la seule issue possible pour Billabong qui a été déficitaire ces dernières années.

Essentiel débarque en Allemagne

30/11/2017

La marque de mode belge Essentiel poursuit son expansion européenne. En décembre le label fera son entrée en Allemagne, avec l’ouverture d’un premier magasin à Cologne, auquel viendront s’ajouter d’autres magasins et un webshop allemand l’an prochain.

Back to top