H&M envisage un contrôle plus strict de ses fournisseurs au Bangladesh

H&M envisage un contrôle plus strict de ses fournisseurs au Bangladesh

La chaîne de mode suédoise H&M souhaite intensifier les contrôles sur ses fournisseurs au Bangladesh et au Cambodge, en vue de combattre l’exploitation des travailleurs et les mauvaises conditions de travail dans les usines où l’enseigne fait fabriquer la plupart de ses vêtements.

Respect du droit international du travail

C’est pourquoi H&M a lancé un projet pilote dans deux usines au Bangladesh et une au Cambodge, dont l’enseigne est le seul client. Les trois unités de production devront garantir la sécurité sur le lieu de travail et s’engager à payer un salaire minimum. Le projet prévoit également d’effectuer davantage de contrôles de qualité.


« Nous considérons ces usines comme des centres d’essai, où nous pouvons tester toutes sortes de choses, pour ensuite les appliquer à plus grande échelle dans tout notre chaîne d’approvisionnement », explique Anna Gedda, responsable du développement durable.


Les autres fournisseurs de H&M devront eux aussi se tenir à des règles plus strictes. H&M leur impose un code de conduite quant à la façon de traiter leur personnel. L’enseigne y fait référence à la Déclaration de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) relative aux principes et droits fondamentaux au travail, où il est notamment question de la liberté d'association et du droit de négociation collective.


H&M a délocalisé une partie de sa production au Bangladesh en 1982 et au  Cambodge en 1998. Globalement le groupe achète pour deux tiers en Asie, le tiers restant en Roumanie, en Turquie et en Italie.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: