Hunkemöller est en vente

Hunkemöller est en vente
Photo : TTStock / Shutterstock.com

Hunkemöller pourrait changer de propriétaire : le groupe d’investisseurs Carlyle tente de vendre la chaîne de lingerie. Le timing n’est pourtant pas des plus heureux, car la crise sanitaire provoque une forte baisse de la demande.

 

Cinq ans

La banque d’affaires JP Morgan Chase a été mandatée pour trouver un acheteur pour Hunkemöller, rapporte Bloomberg. Son propriétaire, Carlyle – un groupe d’investisseurs américains – avait déjà tenté de se débarrasser de la chaîne de lingerie d’origine néerlandaise par le biais d’une introduction en Bourse en 2017, mais le projet avait échoué. Carlyle n’avait pourtant racheté la formule qu’en 2015.


Dans l’intervalle, la chaîne s’est concentrée sur la numérisation, la rénovation des magasins et le renforcement de son réseau de boutiques. Le groupe a ainsi annoncé son intention d’étendre sa base commerciale de 940 à quelque 1 400 boutiques pas plus tard que l’année dernière. Le projet comprenait l’ouverture de 45 magasins en Chine en 2019. Le chiffre d’affaires a même progressé de 4,4 % à 522 millions d’euros sur le dernier exercice.

 

Crise sanitaire

Mais la pandémie a frappé comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu. Comme cela n’est pas rare chez les retailers appartenant à des sociétés de capital-investissement, Hunkemöller affiche un endettement conséquent depuis un certain temps. Ce qui n’est pas idéal pour affronter un confinement et une baisse de la demande. Selon De Tijd, la chaîne négocie actuellement 371 millions d’euros de dettes bancaires après avoir déjà annoncé l’abandon de ses plans d’expansion physique. Pire encore : sur des marchés matures comme la Belgique et les Pays-Bas, ce sont désormais des fermetures de magasins qui sont au programme.


Reste à savoir si Hunkemöller trouvera un acheteur dans ces circonstances. L’auditeur Deloitte aurait même émis un avertissement pour la continuité des activités lors de la révision des comptes annuels cet été. Dans le même secteur, l’acquisition de Victoria’s Secret était tombée à l’eau ce printemps en raison de la crise sanitaire, bien que de nouveaux candidats se soient manifesté entre-temps.