Jack Wolfskin vise la fabrication de vêtements outdoor ‘propres’ d’ici 2020

Jack Wolfskin vise la fabrication de vêtements outdoor ‘propres’ d’ici 2020

Le spécialiste de l’outdoor Jack Wolfskin s’est associé à deux centres de recherche renommés, afin de bannir toute substance nocive de sa production. D’ici 2020 l’enseigne allemande entend abandonner entièrement l’utilisation de produits chimiques fluorés. Pour atteindre cet objectif le groupe investit plus d’un million d’euros par an.

Un projet ambitieux

Même si l’année 2020 peut paraître encore lointaine, l’objectif de bannir toute substance nuisible d’ici la fin de cette décennie est un projet ambitieux. « Les avancées techniques actuelles ne permettent pas encore de fabriquer des vêtements outdoor durablement performants et anti-intempéries sans utiliser de produits chimiques tels que les PFC », explique le spécialiste outdoor.


C’est pourquoi Jack Wolfskin a décidé de collaborer avec deux instituts de recherche réputés :  le Centre Helmholtz Geesthacht (centre pour la recherche côtière et sur les matériaux) et l’école supérieure Fresenius  réaliseront pour le fournisseur outdoor une étude fondamentale et appliquée.


« Nous avons la ferme intention d’ici 2020 de pouvoir substituer des produits chimiques tels que les hydrocarbures perfluorés (PFC), afin de garantir  à nos clients une parfaite protection contre les intempéries et en même temps une protection préventive de l’environnement », indique Michael Rupp, CEO de Jack Wolfskin.


« Nous savons qu’il nous reste une long chemin à parcourir, mais avec notre savoir-faire et des partenaires de haut niveau à nos côtés, nous sommes convaincus de pouvoir atteindre notre ambitieux objectif », affirme Michael Rupp. »

 

1 million d’euros par an pour une fabrication propre

Dans le domaine de l’engagement écologique, le groupe n’en est pas à son coup d’essai : l’affiliation de l’entreprise au Fair Wear Foundation et la publication de son  ‘bilan social fournisseurs’ témoignent de son rôle de précurseur en matière de standards sociaux dans les pays de production.


Par ailleurs la marque dit appliquer depuis plusieurs années une liste de produits chimiques interdits : ainsi certains PFC sont tabous depuis 2007, alors que pour d’autres substances des valeurs limites (selon le Standard OEKO-TEX) sont  respectées. Depuis 2011 l’entreprise est également partenaire du système Bluesign, visant à limiter l’utilisation de produits chimiques durant le processus de fabrication des matériaux.


Le groupe investit plus d’un million d’euros chaque année, afin de garantir un processus de fabrication propre, et annonce qu’il a l’intention d’augmenter ce budget dans les années à venir.


Jack Wolfskin est un fournisseur de tout premier plan dans le domaine des vêtements, chaussures et équipements outdoor fonctionnels en Europe, ainsi que le plus grand franchiseur dans le secteur des magasins de sport en Allemagne. En Europe et en Asie les produits de la marque sont disponibles dans plus de 600 magasins franchisés et dans plus de 4.000 magasins multimarques. L’entreprise, basée à Idstein, compte 650 collaborateurs et a réalisé un chiffre d’affaires de 355 millions d’euros durant l’exercice 2011.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Weekday également à Bruxelles au printemps prochain

06/12/2017

Après deux boutiques à Anvers, Weekday, l’une des enseignes appartenant au groupe suédois H&M, fera son entrée à Bruxelles au printemps prochain avec l’ouverture d’un magasin dans la rue Capitaine Crespel, à deux pas de l’avenue de la Toison d’Or.

Gucci suspecté d’évasion fiscale

04/12/2017

Les bureaux de Gucci à Milan et Florence ont été perquisitionnés par le fisc italien qui soupçonne le groupe de luxe d’évasion fiscale. Gucci confirme qu’une enquête est en cours et dit accorder sa pleine coopération aux autorités compétentes.

L’ASBL Terre vise 5 Factory Shops dans la région bruxelloise

01/12/2017

Cette semaine l’ASBL Terre a ouvert un deuxième Factory Shop dans la région bruxelloise, à Anderlecht plus précisément. L’entrepôt propose des vêtements de seconde main à grande échelle, collectés via des containers répartis dans tout le pays.

Quiksilver lance une offre publique d’achat sur Billabong

01/12/2017

La marque de surf Quiksilver a lancé une offre publique d’achat de près de 150 millions de dollars (125 millions d’euros) sur son concurrent Billabong, sans doute la seule issue possible pour Billabong qui a été déficitaire ces dernières années.

Essentiel débarque en Allemagne

30/11/2017

La marque de mode belge Essentiel poursuit son expansion européenne. En décembre le label fera son entrée en Allemagne, avec l’ouverture d’un premier magasin à Cologne, auquel viendront s’ajouter d’autres magasins et un webshop allemand l’an prochain.

Benetton retourne à ses racines

30/11/2017

Luciano Benetton, fondateur de l’entreprise italienne éponyme, reprend les rênes à l’âge de 82 ans pour permettre à la compagnie de retrouver sa gloire d’antan. « Le déclin est une douleur intolérable », a-t-il déclaré au quotidien La Repubblica.

Back to top