JBC gagne du temps à la caisse grâce à la technologie RFID

JBC gagne du temps à la caisse grâce à la technologie RFID

Grâce à la radio-identification (RFID), l’enseigne de mode JBC gagne une dizaine de secondes à la caisse par vêtement vendu. Les employés n’ont plus besoin de scanner les étiquettes de prix individuellement.

Pionnier dans le secteur du retail belge

En 2015 JBC a été l’un des premiers retailers belges à déployer la technologie RFID dans l’ensemble de sa chaîne logistique. L’objectif était de gagner du temps à la caisse et de faciliter la tâche au personnel. Après une phase pilote dans deux magasins, l’enseigne a appliqué la technologie dans tous ses magasins et son centre de distribution.


« Grâce à la RFID nous avons gagné une dizaine de secondes à la caisse par vêtement vendu », explique le manager logistique Fred Tielens. La radio-identification a permis de scanner tous les vêtements d’un client d’un seul coup, évitant ainsi que les employés à la caisse ne doivent chercher les étiquettes pour les scanner.


Nouvelle procédure pour les fournisseurs

Mais les débuts ont été quelque peu laborieux : « Les premières livraisons ne se sont pas déroulées comme prévu. Certains de nos fournisseurs avaient mal cousu les labels RFID dans les vêtements, sans tenir compte de la taille et de la couleur », explique Tielens. C’est pourquoi fin 2014 JBC a initié sa centaine de fournisseurs à cette nouvelle méthode et leur a appris comment coudre correctement les labels dans les vêtements.


L’enseigne a également changé la méthode de travail dans l’entrepôt : des tunnels RFID ont été installés dans le centre logistique, permettant de contrôler l’entrée et la sortie des marchandises. En outre les articles arrivent déjà comptés et labellisés au centre de distribution, ce qui permet de diminuer les transports internes et de limiter les délais de livraison.


Prochaine étape : l’inventorisation

Dans les magasins aussi la méthode de travail classique a été adaptée. Un projet pilote de six mois a permis d’optimaliser l’intégration de la technologie RFID dans les caisses. « Les défis à relever sont nombreux : les lecteurs RFID aux caisses, le raccordement avec les labels RFID, les ordinateurs dans l’arrière-boutique, etc. », admet Tielens, qui conseille donc de faire appel à un responsable IT tout au long du parcours RFID.


A présent JBC entend utiliser la RFID pour l’inventorisation des articles : le retailer pourra ainsi localiser les articles avec précision durant le trajet de livraison, du fournisseur au magasin. Une dimension supplémentaire dans la gestion du stock, conclut JBC.