JBC soutient l’Action Damien avec ses ‘Foulards de l’Espoir’ | RetailDetail

JBC soutient l’Action Damien avec ses ‘Foulards de l’Espoir’

JBC soutient l’Action Damien avec ses ‘Foulards de l’Espoir’

Visite royale chez JBC ce lundi : la princesse Astrid y a participé à un workshop de nouage de foulards. Mais pas n’importe quels foulards, les ‘Foulards de l’Espoir’, que l’enseigne vend au profit de l’Action Damien et sa lutte contre la tuberculose.

« Faire quelque chose en retour »

L’action organisée par la chaîne de mode JBC au profit de l’Action Damien a été baptisée ‘Foulard de l’Espoir’. L’organisation caritative, qui fête cette année son 50ème anniversaire, a trouvé en JBC un partenaire afin d’attirer l’attention sur la tuberculose, une maladie typique de la pauvreté.


« Les foulards sont branchés et grâce aux workshops dans les magasins JBC, les clients découvrent comment nouer leurs foulards de différentes manières. L’engagement sociétal peut prendre des allures très ‘fashion’ », indique JBC. Hier, journée mondiale de la tuberculose, le princesse Astrid a participé un l’un de ces workshops.


« Nous soutenons l’Action Damien, car cette organisation est active dans les pays où nous faisons fabriquer nos collections. De cette manière nous voulons faire quelque chose en retour », explique Bart Claes, CEO de JBC.


40 euros pour guérir un patient atteint de tuberculose

Parmi les maladies infectieuses, la tuberculose est la plus meurtrière : elle fait chaque année des millions de victimes, principalement des personnes jeunes entre 15 et 44 ans. Pourtant la maladie peut être guérie : grâce à une cure soutenue d’antibiotiques 95% des patients survivent.

 

En collaboration avec l’Institut de Médecine tropicale d’Anvers, l’Action Damien a développé un traitement plus court, qui donne d’excellents résultats. Ce traitement est déjà appliqué au Bangladesh et est testé dans certains pays africains.


De plus ce traitement est nettement moins coûteux : il suffit de 40 euros pour guérir un patient. C’est dans ce cadre que JBC a lancé son projet ‘Foulard de l’Espoir’. Les foulards sont disponibles en quatre couleurs et imprimés avec le logo de l’Action Damien (un papillon en forme de cœur) . Ils coûtent 19,90 euros, dont 5 euros sont reversés à l’Action Damien.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


H&M lance son propre service de réparation en magasin

21/06/2018

H&M introduit un nouveau concept : Take Care, un espace au sein du magasin où les clients peuvent faire réparer ou personnaliser leurs vêtements. Tant le nouveau magasin de Paris que le flagship store de Hambourg disposent déjà de ce service.

La nouvelle génération aux commandes de la chaîne de magasins de chaussures Maniet

18/06/2018

Allison Vanderplancke, âgée de 28 ans, succède à son père en tant que PDG de la chaîne de magasins de chaussures Maniet. Il s’agit déjà de la cinquième génération à la tête de l’entreprise familiale wallonne.

Afound, la première plate-forme de H&M, a été lancée en Suède

15/06/2018

Afound, la nouvelle formule multimarques du groupe H&M, a été lancée en Suède cette semaine. Avec la plate-forme web, les 2 premiers magasins qui ont ouvert leurs portes à Stockholm et à Malmö constituent un marché d’écoulement de vêtements soldés.

Le premier magasin Kiabi en Flandre s’installe à Bruges

14/06/2018

A peine deux ans après l’arrivée de Kiabi en Belgique, la marque française de prêt-à-porter ouvre son sixième magasin belge cet automne. Il sera situé à Bruges et sera le tout premier magasin en Flandre.

La maison-mère de Brantano bientôt cotée à la bourse de Bruxelles

13/06/2018

D’ici mi-juillet FNG Group espère être coté à la bourse de Bruxelles. Cette opération devrait permettre au groupe de mode de lever du capital frais afin de financer la transformation et l’expansion de l’enseigne Brantano.

JBC gagne du temps à la caisse grâce à la technologie RFID

07/06/2018

Grâce à la radio-identification (RFID), l’enseigne de mode JBC gagne une dizaine de secondes à la caisse par vêtement vendu. Les employés n’ont plus besoin de scanner les étiquettes de prix individuellement.