L’enseigne e5 mode se prépare pour l’avenir

L’enseigne e5 mode se prépare pour l’avenir

La chaîne e5 mode a la ferme intention d’aller de l’avant. En témoignent le relooking de ses magasins, le nouveau logo et la reprise récente d’Outlet-Avenue. Le CEO Ronald Boeckx  expliquera comment l’enseigne envisage l’avenir lors du RetailDetail Congress.

Nouveau concept de magasin et magasins en centre-ville

La chaîne belge e5 mode, qui fête cette année son 35ème anniversaire, compte actuellement 70 magasins dans notre pays. Tous sont implantés le long de grands axes ou dans des parcs commerciaux et l’ouverture fin 2014 d’un 71ème point de vente dans le retail park de Mitiska à Dilbeek n’y fera pas exception.


Une formule qui a porté ses fruits, car l’enseigne ces cinq dernières années est parvenue à augmenter son chiffre d’affaires de 70 millions d’euros à 93 millions d’euros, alors que son bénéfice a été multiplié par cinq. Preuve selon Ronald Boeckx qu’ « après avoir connu un creux il y a cinq ans, la chaîne a repris pied ».


Mais le retailer n’entend pas se reposer sur ses lauriers et continue d’investir dans l’innovation et  l’expansion. Ainsi un nouveau concept de magasin est testé dans quelques points de vente. Une fois le nouveau concept bien en place, il sera étendu à tout le pays, au rythme de dix à quinze magasins par an. « Il est indispensable de procéder à un rafraîchissement complet au moins une fois par décennie », estime Boeckx.     


Par ailleurs le CEO envisage l’ouverture de magasins dans les centres-villes : « Chacune de nos marques est destinée à un groupe cible bien défini et nous allons donner à chacune d'entre elles davantage d'exposition. Nous consacrerons d'ailleurs à cette opération une part significative de notre budget marketing. Passée cette première phase, une fois que nous aurons jugé de l'impact positif de cette nouvelle exposition, nous ferons un test dans les centres-villes », confiait-il dans le Magazine RetailDetail.


Expansion online à l’étranger

Bien que la marque vise avant tout la catégorie d’âge des plus de 40 ans, e5 mode  estime que le canal online recèle encore un énorme potentiel de croissance. Afin de renforcer sa présence sur internet, Shopinvest, le holding qui chapeaute e5 mode, a repris l’automne dernier le shopping club online Outlet Avenue.


Boeckx : « Ce rachat nous permet de disposer de deux canaux de distribution – physique et électronique – tant pour notre offre classique que pour notre propre outlet. Il faut savoir que, comme nos concurrents d'ailleurs, nous restons en fin de saison avec 10% d'invendus. On peut soit les remettre dans le circuit normal en les mêlant aux nouvelles collections, soit choisir l'outlet. Chez e5, ces invendus représentent quelque 350.000 pièces chaque année. »


En outre e5 a bien l'intention de s'étendre à l'étranger via le net : alors qu’en 2014 la chaîne s’était concentrée sur les Pays-Bas et la France, en 2015 elle compte s’attaquer aux pays germanophones, notamment l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse, « car le profil de cette clientèle est semblable au nôtre. » Les ventes s’y déroulent soit via le propre webshop de e5, soit via des places de marché ou de grands magasins online.


Collections mensuelles

Aujourd'hui, sans grands investissements marketing, le commerce en ligne de la chaîne a atteint le niveau d'un magasin classique et continue de se développer rapidement. « L'envoi d'une newsletter génère 20 à 30.000 visites sur le site et les ventes sur le net sont bénéficiaires », souligne Boeckx.


La moitié des clients ayant acheté en ligne enlèvent leur commande en magasin. Les ventes en ligne ne donnent lieu qu'à 10% de retours : « Tout simplement parce qu'en cas de problème, nos magasins procèdent à l'échange des vêtements qui ne conviennent pas. »


Afin de répondre au mieux à la demande de cette clientèle, le retailer souhaite accélérer la rotation des collections : « Nous aimerions évoluer vers une offre mensuelle. Ce serait plus facile d'un point de vue logistique car il ne faudrait plus que toutes les collections soient proposées en même temps en magasin. »

 

Ronald Boeckx exposera son point de vue sur l’avenir du secteur de la mode lors du RetailDetail Congress du 24 avril. Cliquez ici pour vous inscrire et pour de plus amples informations.


La version complète de cette interview est parue dans un précédent numéro du Magazine RetailDetail.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Hunkemöller à la conquête de la Suisse

17/08/2017

Après avoir lancé son webshop en Suisse en septembre de l’an dernier, l’enseigne de lingerie néerlandaise Hunkemöller compte désormais y ouvrir des magasins physiques. La première ouverture est prévue pour octobre.

Le chausseur Bally est à vendre

16/08/2017

Après s’être déjà séparé de la marque de chaussures britannique Jimmy Choo, la société d’investissement autrichienne JAB Holding cherche à présent à céder le chausseur suisse Bally pour un montant d’au moins 600 millions d’euros.

Crocs perd son brevet sur ses célèbres sabots

14/08/2017

L’enseigne de chaussures Crocs a perdu son procès concernant le brevet sur le design de ses célèbres sabots. Selon l’instance américaine Patent and Trademark Office (USPTO), une autre entreprise utilisait déjà un design semblable auparavant.

Zalando à nouveau en croissance de plus de 20%

10/08/2017

Zalando a atteint de justesse son objectif de croissance de plus de 20% au deuxième trimestre de 2017. Pour l’ensemble de l’exercice l’e-commerçant allemand continue de tabler sur une croissance comprise entre 20 et 25%.

Gucci intente un procès contre Forever 21

09/08/2017

Gucci a décidé d’intenter un procès contre la chaîne de vêtements Forever 21 aux Etats-Unis. Selon la maison de mode italienne, l’enseigne américaine aurait copié un design spécifique de la marque de luxe.

Ralph Lauren fait mieux que prévu

08/08/2017

La maison de couture Ralph Lauren a enregistré d’excellents résultats au premier trimestre. Tant sur le plan de son chiffre d’affaires que sur celui de ses bénéfices, les résultats dépassent les prévisions des analystes. Il y a un an, l’entreprise avait dû déplorer d’importantes pertes.

Back to top