L’Europe ouvre une enquête sur les pratiques de distribution de Guess

L’Europe ouvre une enquête sur les pratiques de distribution de Guess

La Commission européenne a ouvert une enquête concernant des accords de distribution  conclus par Guess au sein de l’Union européenne. La marque de mode américaine imposerait des restrictions illégales aux détaillants.

Interdiction de ventes transfrontières

Ces accords comprendraient des règles empêchant l’achat et la vente de vêtements de Guess au-delà des frontières nationales. Ceci est contraire à la législation européenne, qui stipule que le consommateur européen est libre d’acheter des produits dans tous les pays de l’Union européenne.


« L’un des principaux avantages du marché unique européen réside dans la possibilité offerte aux consommateurs de chercher les conditions les plus avantageuses pour leurs achats », explique Margrethe Vestager, commissaire européenne chargée de la politique de concurrence. « Nous allons examiner les pratiques de Guess, afin de nous assurer que Guess respecte les règles du jeu et n’empêche pas les consommateurs d’acheter des produits au-delà des frontières. »


Guess n’est d’ailleurs pas la seule entreprise à enfreindre les règles : une étude récente de la Commission européenne révèle qu’un détaillant sur dix se voit imposer des restrictions en matière de ventes transfrontières. En février une enquête a été ouverte concernant des ententes sur les prix chez Philips, qui aurait imposer à certains webshops d’électronique grand public des restrictions dans leur politique de prix. Asus, Denon & Marantz et Pioneer sont également concernés par cette enquête.