La Cour européenne donne le feu vert aux pré-soldes

La Cour européenne donne le feu vert aux pré-soldes

(update) La Cour européenne de justice estime que la période d’attente avant les soldes, telle qu’elle est pratiquée actuellement en Belgique, n’est pas nécessairement en contradiction avec la directive européenne en matière de pratiques commerciales déloyales. C’est ainsi que la Cour répond à une question préjudicielle émise par la Cour de cassation belge, concernant une affaire en cours depuis 2007 déjà. Toutefois il est encore trop tôt pour tirer des conclusions : le débat concernant les pré-soldes n’est pas encore clos.

Un combat juridique qui s’éternise

La période d’attente avant les soldes est depuis longtemps un sujet d’irritation pour certains commerçants, qui parfois refusent purement et simplement de suivre la législation. Ce qui a déclenché un véritable combat juridique qui n’en finit pas (avec pour protagonistes ZEB et Unizo), passant par la Cour de cassation pour aboutir à la Cour européenne. L’incertitude persiste chez les commerçants, car aucun des tribunaux ne parvient à trancher, mais à présent on constate une légère progression dans ce dossier.


La Cour de cassation belge s’est adressée à la Cour européenne suite à un litige mettant en cause Galeria Inno, qui en décembre 2007 avait promis à ses clients fidèles des remises jusqu’à 50%, quelques semaines avant le début officiel des soldes.                                                                                        

                                                                                                                                                                                                                               solden
Auparavant la Cour d’appel de Bruxelles avait déjà émis la même question auprès de la Cour de justice européenne dans un procès entre le ministère de   l’Economie, le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI) et la chaîne de vêtements ZEB qui avait ouvertement ignoré la période d’attente.


Le tribunal belge, jugeant la réponse européenne trop vague, avait alors décidé d’attendre la décision dans l’affaire de l’Inno avant de prononcer un jugement. A présent c’est chose faite : la Cour européenne donne le feu vert aux pré-soldes, mais sous strictes conditions …

Sous strictes conditions

La discussion concernait principalement le but de la période d’attente : vise-t-elle le consommateur ou le commerçant ? Si le but est de protéger le consommateur, alors la loi est illégale selon les règles de l’Union Européenne. Si par contre la période d’attente, et en particulier l’interdiction d’annoncer des réductions durant cette période, tend à éviter toute concurrence déloyale entre les commerçants, il n’y a pas de problème, dans ce cas elle est légale.


shoppingL’union des indépendants Unizo se réjouit de la décision de la Cour européenne : « C’est un grand jour pour les indépendants du secteur de la mode », déclare Luc Ardies, directeur d’Unizo.  Auparavant la Cour de cassation avait déjà indiqué clairement que les autorités belges visaient uniquement à garantir une concurrence loyale dans le secteur de la mode : tant que cette motivation ne change pas, la période d’attente est légale en principe.


Toutefois le débat concernant la période d’attente n’est toujours pas clos. Tout dépendra de la façon dont la Cour de cassation au final interprètera la loi en matière de pré-soldes, car si elle estime que la loi contient ne fut-ce qu’un élément visant à protéger le consommateur , la période d’attente sera à nouveau illégale. Nous ne sommes donc pas encore sortis de l’auberge.

 


« Mais le verdict de la Cour de cassation sera valable uniquement pour le litige opposant  Inno et l’Etat belge. Ce qui bien entendu n’empêche personne de contester la loi belge devant les tribunaux belges, » ajoute Pieter Brulez, chercheur à l’institut de Droit contractuel à la KU Leuven.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Esprit triple son bénéfice net en 2017

20/09/2017

Au cours de son exercice comptable 2016-2017 l’enseigne de mode Esprit est parvenue à tripler son bénéfice net. Pourtant le chiffre d’affaires a régressé de près de 9%, mais ce recul est lié essentiellement à la réduction du nombre de magasins.

Hema ne fait plus la distinction entre filles et garçons

20/09/2017

A la fin cette année Hema abandonnera les indications de genre sur ses vêtements pour enfants : les emballages n’afficheront donc plus s’il s’agit d’un vêtement pour fille ou garçon.  Ainsi Hema s’inscrit dans une tendance actuelle très nette.

Fred & Ginger et GINGER réunis sous Fred + Ginger

19/09/2017

Les enseignes Fred & Ginger et GINGER, toutes deux propriétés du groupe FNG,  se regroupent sous le nom Fred + Ginger. Désormais les collections pour enfants de Fred & Ginger et les vêtements pour dames de GINGER seront disponibles sous le même toit.

La rénovation de Brantano porte ses fruits

15/09/2017

Le nouveau concept de l’enseigne de chaussures Brantano, sous la houlette du groupe FNG, rencontre un vif succès. Plus de la moitié des magasins ont déjà été transformés et les magasins rénovés génèrent en moyenne 20% de chiffre d’affaires en plus.

Les fortes réductions pèsent sur la croissance du CA de H&M Group

15/09/2017

Au troisième trimestre le chiffre d’affaires du suédois H&M Group a progressé de 5%, mais cette croissance a néanmoins été impactée par les promotions importantes accordées durant la période d’été.

Croissance de plus de 10% pour Hermès

14/09/2017

Au cours du premier semestre de 2017 le chiffre d’affaires de la marque de luxe française Hermès a augmenté de 11%. L’Asie en particulier a fait un grand bond en avant. Le bénéficie est lui aussi en hausse de 11%.

Back to top