La dépréciation d’Intimacy plombe le bénéfice de Van de Velde

La dépréciation d’Intimacy plombe le bénéfice de Van de Velde

En 2014 le fabricant de lingerie est-flandrien Van de Velde a vu son bénéfice chuter de 92% à 2,5 millions d’euros, suite à la dépréciation de sa filiale américaine Intimacy.

« L’activité d’Intimacy ne s’est pas redressée »

Depuis plusieurs années Van de Velde est confronté aux problèmes de sa filiale retail américaine Intimacy, qui une fois de plus en 2014 a clôturé l’année avec une baisse de son chiffre d’affaires de 16% (-12% sur base comparable) en monnaie locale.


« La rentabilité d’Intimacy continue de souffrir de la baisse du chiffre d’affaires. Quant à l’activité d’Intimacy elle ne s’est pas redressée en 2014 », commente le groupe dans un communiqué de presse, qui évoque également « une forte perte sur base autonome (magasins Intimacy) ». Van de Velde estime que « les objectifs n’ont pas été atteints et que les performances d’Intimacy  sont inférieures aux objectifs fixés lors de l’acquisition de la majorité des parts en 2010. »


Par conséquent l’entreprise de Schellebelle a ramené tant la marque que le goodwill d’Intimacy à zéro, soit une dépréciation de 31,4 millions d’euros ; ce qui bien entendu porte un sérieux coup au bénéfice net.


Chiffre d’affaires consolidé en hausse  de 8,7%

Pourtant sur l’ensemble de l’année 2014 Van de Velde affiche de bons résultats : le chiffre d’affaires consolidé a progressé de 8,7% à 198,4 millions d’euros (+7,2% sur base comparable). Les activités wholesale ont enregistré une hausse du chiffre d’affaires de 9,6%, grâce au succès du lancement de PrimaDonna Swim.


Hormis Intimacy, toutes les activités retail ont réalisé d’excellentes performances : en Europe continentale le chiffre d’affaires a augmenté de 20,3%, alors qu’ au Royaume-Uni  l’enseigne Rigby & Peller  a enregistré une croissance de 6,8% (+1,6% sur base comparable) en monnaie locale.


Le bénéfice net récurrent, avant dépréciations et dévaluations, est en hausse de 18,6% et atteint 57,7 millions d’euros.


Belles perspectives pour 2015

Pour la première moitié de 2015 le groupe de lingerie s’attend à une croissance du la division wholesale, car les précommandes de la collection printemps/été de 2015 surpassent celles de 2014. Quant aux activités retail, le groupe prévoit une poursuite de la croissance aux Pays-Bas et en Allemagne.


« Nous pensons que le Royaume-Uni connaîtra également une croissance, même si cela s’avère plus compliqué que sur le continent », indique Van de Velde.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon se lance dans le sportswear

17/10/2017

Amazon serait en train de préparer sa propre collection de vêtements de sport. Pour ce faire le géant américain aurait contacté des fabricants qui collaborent déjà avec des enseignes telles que Gap et Uniqlo.

H&M investit dans le recyclage de vieux vêtements

12/10/2017

Le groupe suédois H&M a pris une participation minoritaire dans Re:newcell, qui œuvre pour une industrie de la mode durable. La technologie de Re:newcell vise à recycler d’anciens vêtements.

Uniqlo : hausse du bénéfice de plus du double

12/10/2017

Durant l’exercice écoulé, Uniqlo a plus que doublé son bénéfice, alors que le chiffre d’affaires n’a progressé que de 4,2%. L’enseigne de mode japonaise s’attend à ce que d’ici peu les ventes internationales dépassent celles de son marché domestique.

Gucci, à son tour, bannit la fourrure

12/10/2017

La maison de mode Gucci n’utilisera plus de fourrure dans ses collections de vêtements et d'accessoires. C’est ce qu’a annoncé le CEO Marco Bizzarri lors d’un discours au London College of Fashion, à l’occasion de la remise du Kering Award pour une mode durable.

La plate-forme de mode About You débarque aux Pays-Bas et en Belgique

11/10/2017

Ce mardi le webshop de mode allemand About You a été officiellement lancé en Belgique et aux Pays-Bas. About You, le numéro deux du e-commerce de la mode en Europe, opérait déjà officieusement aux Pays-Bas.

Le groupe de luxe LVMH dépasse les attentes

10/10/2017

Durant les trois premiers trimestres de son exercice le groupe de luxe français LVMH, qui détient notamment Louis Vuitton et Christian Dior, a dépassé les attentes des analystes avec un chiffre d’affaires en progression de 12% sur base comparable.

Back to top