La Fille d’O : « La délocalisation de la production ou la faillite »

La Fille d’O : « La délocalisation de la production ou la faillite »

La Fille d’O, la marque de lingerie de Murielle Scherre, va transférer une partie de sa production vers un pays à bas salaires, éventuellement la Pologne. « Une nécessité pour survivre », selon la créatrice gantoise.

« 44% des  frais non répercutés »

La décision de Murielle Scherre (35 ans) a de quoi surprendre, car elle a toujours mis un point d’honneur à travailler avec des matières premières et des producteurs locaux. « Nos tissus proviennent de chez Liebaert à Deinze, la gradation des patrons se fait à Wevelgem et la confection à Kemmel. L’apport des piqueuses est également indispensable pour la fabrication d’un bon produit », explique-t-elle au journal De Tijd.


Pourtant la créatrice gantoise a décidé à contre-cœur  de transférer partiellement la production vers un pays à bas salaires.  « Nous ne chamboulons pas tout radicalement », souligne-t-elle. « Le développement des nouvelles pièces et la collection designer resteront ici. »


Murielle Scherre qualifie cette décision de compromis : «  Nous en étions arrivé au point où 44% des frais n’étaient pas répercutés sur le client. Continuer à travailler ainsi, c’est comme un compte à rebours jusqu’à la faillite. Lorsque mon directeur financier a parcouru les différentes possibilités pour l’avenir, cela m’a fait pleurer. Mais grâce à cette solution, tout le monde conservera son job et nous n’intervenons qu’ au niveau de la structure. Je peux m’y résigner, le client n’en ressentira aucun inconvénient », avoue-t-elle.

 

« La Belgique est un filet de sécurité sans numéro de cirque »

Murielle Scherre, qui a lancé La Fille d’O en 2003, émet de lourds reproches envers les autorités. « La Belgique est un filet de sécurité sans numéro de cirque. Les acrobates ont désappris leurs numéros, parce que l’état veut bon gré mal gré vous tenir la main. Je ne veux pas d’assurances, ni de cotisations pour une pension que je n’aurai jamais. Je ne demande pas non plus une indemnisation en cas de maladie ou autre malheur. »


« Cela fait 10 ans que je gagne 1.000 euros par mois, que je me paie d’ailleurs rarement, car l’entreprise passe avant. Mon personnel gagne plus que moi, même si c’est le salaire minimum. Mais ils me coûtent trois fois plus », confie la créatrice visiblement désappointée.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Weekday également à Bruxelles au printemps prochain

06/12/2017

Après deux boutiques à Anvers, Weekday, l’une des enseignes appartenant au groupe suédois H&M, fera son entrée à Bruxelles au printemps prochain avec l’ouverture d’un magasin dans la rue Capitaine Crespel, à deux pas de l’avenue de la Toison d’Or.

Gucci suspecté d’évasion fiscale

04/12/2017

Les bureaux de Gucci à Milan et Florence ont été perquisitionnés par le fisc italien qui soupçonne le groupe de luxe d’évasion fiscale. Gucci confirme qu’une enquête est en cours et dit accorder sa pleine coopération aux autorités compétentes.

L’ASBL Terre vise 5 Factory Shops dans la région bruxelloise

01/12/2017

Cette semaine l’ASBL Terre a ouvert un deuxième Factory Shop dans la région bruxelloise, à Anderlecht plus précisément. L’entrepôt propose des vêtements de seconde main à grande échelle, collectés via des containers répartis dans tout le pays.

Quiksilver lance une offre publique d’achat sur Billabong

01/12/2017

La marque de surf Quiksilver a lancé une offre publique d’achat de près de 150 millions de dollars (125 millions d’euros) sur son concurrent Billabong, sans doute la seule issue possible pour Billabong qui a été déficitaire ces dernières années.

Essentiel débarque en Allemagne

30/11/2017

La marque de mode belge Essentiel poursuit son expansion européenne. En décembre le label fera son entrée en Allemagne, avec l’ouverture d’un premier magasin à Cologne, auquel viendront s’ajouter d’autres magasins et un webshop allemand l’an prochain.

Benetton retourne à ses racines

30/11/2017

Luciano Benetton, fondateur de l’entreprise italienne éponyme, reprend les rênes à l’âge de 82 ans pour permettre à la compagnie de retrouver sa gloire d’antan. « Le déclin est une douleur intolérable », a-t-il déclaré au quotidien La Repubblica.

Back to top