La Flandre envisage la création d’un fonds de soutien pour la mode

La Flandre envisage la création d’un fonds de soutien pour la mode

Les autorités flamandes envisagent la création d’un fonds de soutien, en vue d’encourager les ambitions des créateurs de mode en Flandre. Aujourd’hui  les designers dépendent des banques pour financer leur projet, mais ces dernières, depuis l’échec de plusieurs icônes de la mode, sont assez réticentes à leur accorder des prêts.

Une longue liste d’échecs

Ces derniers mois et années, la liste de maisons de couture renommées ayant fermé boutique n’a cessé de s’allonger. Ainsi la société Nissim, propriétaire de la marque Olivier Strelli a été déclarée en faillite. La boutique du créateur Walter Van Beirendonck a subi le même sort, tout comme le modiste bruxellois Christophe Coppens, contraint de déposer le bilan.


L’entreprise de Veronique Branquinho a demandé la mise en liquidation. Gerald Watelet et Luc.Duchene ont eux aussi déclaré forfait.


Suffisamment de créativité, mais trop peu de moyens

C’est pourquoi les autorités flamandes envisagent la création d’une Maison flamande de la Mode et d’un fonds destiné à soutenir le secteur, rapporte le journal De Tijd. Pour ce faire une étude de faisabilité est en cours, dont on attend les conclusions cet été.


Le gouvernement flamand estime qu’il y a suffisamment de créativité en Flandre, mais que bien souvent le soutien financier ne suit pas. Cette nouvelle initiative devrait permettre d’accorder davantage de moyens au secteur de la mode. Le projet s’inspire en partie du Vlaams Audiovisueel Fonds, qui ces dernières années a donné un sérieux coup de pouce au cinéma flamand.


Actuellement le gouvernement flamand soutient déjà le secteur via Flanders Fashion Institute, qui chaque année bénéficie de 650.000 euros de subsides et via Cultuurinvest (département de Participatiemaatschappij Vlaanderen), qui ces dernières années a pris des participations dans neuf maisons de couture.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: