La marque de surf Billabong « totalement sans valeur »

La marque de surf Billabong « totalement sans valeur »

Depuis un certain déjà la marque australienne de vêtements et d’équipements de surf Billabong tente de garder la tête hors de l’eau, mais en vain car les chiffres ont à nouveau plongé profondément dans le rouge. Aussi les Australiens sont bien obligés d’admettre qu’aujourd’hui leur marque n’a plus guère de valeur.

Pertes triplées

Malgré la fermeture de 158 magasins et le licenciement de 15% des employés européens, les pertes continuent à s’accumuler : les pertes encourues  durant l’année écoulée atteignent les 860 millions de dollars (576 millions d’euros) ; des pertes trois fois plus élevées que l’année précédente et bien plus importantes que celles prévues par les analystes (547 millions de dollars, soit 384 millions d’euros).


Billabong International détient 13 marques au total, dont la valeur globale est estimée à seulement  90 millions de dollars australiens (60 millions d’euros). Un contraste saisissant avec le mois décembre 2011 où la valeur estimée était encore de 411 millions d’euros et plus encore avec l’année record 2007 où la marque était valorisée à  3,8 milliards de dollars (2,5 milliards d’euros). L’entreprise elle-même estime que sa marque n’a plus de valeur, tout comme les marques Element (skatboards) et Palmers (accessoires de surf).


Après l’annonce des mauvais résultats, l’action a chuté de 5,3 % à 53,5 cents (0,35 euros) par action à la Bourse de Sidney. Durant l’année écoulée l’action a perdu pas moins de 36% de sa valeur.


Un avenir difficile

La vente de West 49 et DaKine avait pourtant procuré un certain répit à l’entreprise, mais l’échec récent des négociations avec Sycamore Consortium , disposé à offrir 60 cents par action, paraît compromettre sérieusement l’avenir de l’entreprise. Billabong de son côté admet que cette année fut tumultueuse, mais reste néanmoins confiant.


Un refinancement de sa dette permettrait à l’entreprise d’économiser  95 millions d’euros d’intérêts sur les cinq années à venir, mais même dans ce cas Billabong resterait lourdement endetté.  Aujourd’hui la dette nette s’élève à 138 millions d’euros, soit une hausse de 28% sur l’année écoulée. Durant ces deux dernières années les pertes nettes essuyées par Billabong se chiffrent à 760 millions d’euros, un montant supérieur au bénéfice global réalisé durant les huit années qui ont précédé ( 735 millions d’euros).

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Hunkemöller à la conquête de la Suisse

17/08/2017

Après avoir lancé son webshop en Suisse en septembre de l’an dernier, l’enseigne de lingerie néerlandaise Hunkemöller compte désormais y ouvrir des magasins physiques. La première ouverture est prévue pour octobre.

Le chausseur Bally est à vendre

16/08/2017

Après s’être déjà séparé de la marque de chaussures britannique Jimmy Choo, la société d’investissement autrichienne JAB Holding cherche à présent à céder le chausseur suisse Bally pour un montant d’au moins 600 millions d’euros.

Crocs perd son brevet sur ses célèbres sabots

14/08/2017

L’enseigne de chaussures Crocs a perdu son procès concernant le brevet sur le design de ses célèbres sabots. Selon l’instance américaine Patent and Trademark Office (USPTO), une autre entreprise utilisait déjà un design semblable auparavant.

Zalando à nouveau en croissance de plus de 20%

10/08/2017

Zalando a atteint de justesse son objectif de croissance de plus de 20% au deuxième trimestre de 2017. Pour l’ensemble de l’exercice l’e-commerçant allemand continue de tabler sur une croissance comprise entre 20 et 25%.

Gucci intente un procès contre Forever 21

09/08/2017

Gucci a décidé d’intenter un procès contre la chaîne de vêtements Forever 21 aux Etats-Unis. Selon la maison de mode italienne, l’enseigne américaine aurait copié un design spécifique de la marque de luxe.

Ralph Lauren fait mieux que prévu

08/08/2017

La maison de couture Ralph Lauren a enregistré d’excellents résultats au premier trimestre. Tant sur le plan de son chiffre d’affaires que sur celui de ses bénéfices, les résultats dépassent les prévisions des analystes. Il y a un an, l’entreprise avait dû déplorer d’importantes pertes.

Back to top