Les chaînes de mode résistent mieux que les boutiques

Les chaînes de mode résistent mieux que les boutiques

Comme les boutiques de mode indépendantes, les chaînes ressentent également l’influence néfaste des températures trop élevées sur les ventes.  Elles ont pourtant mieux résisté que les petits commerces, c’est ce qui ressort d’une enquête menée par le journal De Tijd.

 

Statu quo à croissance faible

Alors que les boutiques de mode indépendantes se lamentent – selon le SNI et Mode Unie, plus de 40% de la collection hiver pend encore dans les rayons (en temps normal, ce chiffre est de 20 à 30%) et le chiffre d’affaires a baissé de 6% ces derniers mois – les grandes chaînes semblent ressentir moins de difficultés suite aux températures trop élevées pour la saison.

 

« Nous avons connu un automne stable.  On a enregistré une très légère croissance », affirme Bart Claes de JBC au journal d’affaires.  « L’objectif des ventes est atteint », ce qui signifie que 65 à 70% de la collection sera vendue avant les soldes.  L’année 2015 n’est certainement pas une année record : « Ces dernières années, nous avions enregistré de fortes croissances.  Aujourd’hui, on parle de stabilité.  De nouveaux acteurs, comme la chaîne à bas prix Primark, mettent la pression sur le marché. »

 
« Le groupe de mode FNG (Claudia Sträter, CKS, Fred & Ginger) comptabilise des chiffres à la hausse », précise le CEO Dieter Penninckx.  « Le mois de novembre, qui pour nous est un mois un peu moins important, était moins bon, mais le mois de décembre est excellent.  Nous avons fait attention à ne pas commander trop de vêtements.  Lorsque nous avons constaté que les manteaux se vendaient moins bien, nous n’en avons pas recommandé. »

 

Les chaussures Torfs n’ont pas enregistré de croissance ces deux derniers mois : « Nous avons vendu 50 à 60% de notre collection.  En temps normal, ce chiffre atteint les 62 à 63% », précise le CEO Wouter Torfs.  Pourtant, la chaîne de chaussures terminera l’année avec des chiffres de croissance à la hausse : « En tenant compte de notre webshop et de nos nouveaux magasins, nous pensons enregistrer une croissance de 5 à 6% cette année.  L’été a débuté très tôt et cela nous a été bénéfique. »

Tags: