Les effets de change plombent le chiffre d’affaires d’Adidas

Les effets de change plombent le chiffre d’affaires d’Adidas

Grâce à la Coupe du monde de football au Brésil, l’année 2014 s’annonce prometteuse pour Adidas. Un coup de pouce dont a bien besoin le fabricant allemand d’articles de sport, dont les résultats continuent d’être affectés par la force de l’euro.

Résultats trimestriels au-delà des attentes

Au cours du « quatrième trimestre exceptionnellement fort » Adidas a réalisé un bénéfice de 42 millions d’euros, alors que les analystes tablaient sur 37,1 millions d’euros. Le chiffre d’affaires a lui aussi dépassé les attentes : il progresse de 3,3% à 3,48 milliard d’euros (les analystes prévoyaient 3,41 milliards d’euros).


Hors effets de change cette croissance s’élève à 12%, avec +10% pour Adidas, +9% pour Reebok et +3% pour les activités retail en propre (sur base comparable). Le groupe a déjà laissé entendre qu’il comptait renforcer ses activités retail, en vue de contrecarrer son grand rival Nike.


Financièrement l’année 2013 fut néanmoins une année difficile pour Adidas :  en raison de l’affaiblissement du rouble russe, du yen japonais, du réal brésilien et de la livre turque, le groupe s’est vu contraint en septembre dernier de lancer un avertissement sur résultats. Suite à la force de l’euro le chiffre d’affaires annuel a reculé de 2,6%  à 14,5 milliards d’euros, alors que hors effets de change le chiffre d’affaires  aurait progressé de 3%.


La Coupe du monde de football doit contribuer à la croissance du bénéfice

La persistance des effets de change défavorables explique les pronostics relativement prudents du géant allemand pour 2014, malgré la Coupe du monde de football, pour laquelle Adidas fournit non seulement le ballon officiel – le Brazuca (photo) –, mais également les maillots des différentes équipes nationales.


Pour cette année le groupe table sur un bénéfice compris entre 830 et 930 millions d’euros, légèrement supérieur au bénéfice de 839 millions d’euros réalisé en 2013 et largement en-deçà des attentes des analystes (1 milliard d’euros). Le CEO Herbert Hainer, dont le contrat a été prolongé jusqu’en 2017, reste optimiste : « D’un point de vue opérationnel, il ne fait aucun doute que 2014 sera une excellente année pour nous. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Inditex : ralentissement de la croissance du CA

21/09/2017

Le groupe de mode espagnol Inditex, qui détient notamment les enseignes Zara et Massimo Dutti, a déçu les attentes des analystes au deuxième trimestre. En cause : le ralentissement de la croissance organique et les effets de change défavorables.

Esprit triple son bénéfice net en 2017

20/09/2017

Au cours de son exercice comptable 2016-2017 l’enseigne de mode Esprit est parvenue à tripler son bénéfice net. Pourtant le chiffre d’affaires a régressé de près de 9%, mais ce recul est lié essentiellement à la réduction du nombre de magasins.

Hema ne fait plus la distinction entre filles et garçons

20/09/2017

A la fin de cette année Hema abandonnera les indications de genre sur ses vêtements pour enfants : les emballages n’afficheront donc plus s’il s’agit d’un vêtement pour fille ou garçon.  Ainsi Hema s’inscrit dans une tendance actuelle très nette.

Fred & Ginger et GINGER réunis sous Fred + Ginger

19/09/2017

Les enseignes Fred & Ginger et GINGER, toutes deux propriétés du groupe FNG,  se regroupent sous le nom Fred + Ginger. Désormais les collections pour enfants de Fred & Ginger et les vêtements pour dames de GINGER seront disponibles sous le même toit.

La rénovation de Brantano porte ses fruits

15/09/2017

Le nouveau concept de l’enseigne de chaussures Brantano, sous la houlette du groupe FNG, rencontre un vif succès. Plus de la moitié des magasins ont déjà été transformés et les magasins rénovés génèrent en moyenne 20% de chiffre d’affaires en plus.

Les fortes réductions pèsent sur la croissance du CA de H&M Group

15/09/2017

Au troisième trimestre le chiffre d’affaires du suédois H&M Group a progressé de 5%, mais cette croissance a néanmoins été impactée par les promotions importantes accordées durant la période d’été.

Back to top