Levi’s : « Le pire est passé »

Levi’s : « Le pire est passé »
Shutterstock.com

Levi Strauss & Co. a enregistré une nette baisse de son chiffre d’affaires au premier trimestre à la suite de la fermeture de ses magasins en Europe. Le fabricant de jeans relève néanmoins ses prévisions pour l’année en cours, estimant que le pire de la crise sanitaire est passé.

 

Moins de clients

Entre décembre et février, Levi’s a enregistré un chiffre d’affaires de 1,31 milliard de dollars (soit 1,1 milliard d’euros), en baisse de 13% par rapport à la même période en 2019. Ce recul à deux chiffres est principalement imputable aux fermetures de magasins persistantes sur certains marchés. Par exemple, quatre magasins européens sur dix sont actuellement fermés, tandis que d’autres ne sont que partiellement ouverts, explique le détaillant. Mais la fréquentation des rues commerçantes est également en net recul aux États-Unis.

 

La contraction des ventes dans les magasins a été partiellement compensée par une augmentation de 25% des revenus de la plate-forme e-commerce propre à l’entreprise. Les ventes en ligne totales, y compris les ventes numériques de partenaires grossistes, ont même augmenté de 41%.

 

Optimisme

Le bénéfice net de l’entreprise de mode a atteint 142,5 millions de dollars (120 millions d’euros), contre 152,7 millions de dollars (128 milliards d’euros) l’année précédente. « Ces résultats indiquent que nous sortirons plus forts de la pandémie », a déclaré le CEO Chip Bergh à CNBC. « Nous avons dépassé nos propres attentes et les prévisions externes, malgré la fermeture d’un tiers de nos magasins en Europe pendant tout le trimestre. »

 

Levi’s estime que la crise a passé son point culminant et revoit à la hausse ses prévisions pour le premier semestre de l’année. Le chiffre d’affaires devrait progresser de 24 à 25% sur cette période. Le CFO Harmit Singh estime que le chiffre d’affaires pourrait retrouver son niveau d’avant la pandémie d’ici le quatrième trimestre.