Lidl bannit toute substance nocive de ses vêtements d’ici 2020 | RetailDetail

Lidl bannit toute substance nocive de ses vêtements d’ici 2020

Lidl bannit toute substance nocive de ses vêtements d’ici 2020

D’ici le 1er janvier 2020 le discounter Lidl s’engage à éliminer toute substance chimique nocive du textile qu’il vend dans le monde. Une décision qui intervient suite à la pression exercée par Greenpeace.

« Conscient de sa responsabilité »

« Lidl est conscient de sa responsabilité pour l’homme et la nature », affirme la chaîne dans un communiqué. « C’est pourquoi Lidl depuis un certain temps déjà élabore des stratégies afin d’éviter l’utilisation de certains produits chimiques dans le processus de production. »


Sous pression de Greenpeace et d’autres organisations de défense de l’environnement Lidl a déployé un plan progressif, afin qu’en 2020 au plus tarde toute substance nocive soit bannie des vêtements. D’ici juin 2016 par exemple les fournisseurs ne seront plus autorisés à utiliser les alkylphénoléthoxylates et un an plus tard idem pour les substances nuisibles au système immunitaire et à la reproduction.


L’adhésion de Lidl à la campagne Detox est une belle victoire pour Greenpeace, sachant que le discounter allemand est le quatrième plus grand retailer au monde et vend chaque année pour plus d’un milliard d’euros de textile. Sur son marché domestique Lidl est même l’un des dix plus grands vendeurs de vêtements.


« Un exemple pour d’autres chaînes de supermarchés »

L’engagement de Lidl intervient à peine un mois après celui de son concurrent Tchibo, une autre chaîne discount allemande de plus petit format. D’autres grands noms de la mode se sont déjà joints à la campagne Detox de Green Peace, notamment Adidas, Burberry, C&A, H&M, Nike, Zara et dernièrement au mois de novembre Puma.


« En adhérant à la campagne Detox, les chaînes de mode, les marques de luxe, les marques de sport et à présent également les chaînes de distribution prouvent qu’il est possible pour l’industrie textile de changer la manière dont nos vêtements sont fabriqués », commente Manfred Santen de Greenpeace Allemagne.


« Le retailer mondial Lidl a franchi une étape importante. Maintenant c’est au tour d’Aldi, Penny, Tesco, Carrefour et Walmart d’adapter leur production. Visons la qualité et non plus la quantité », conclut Manfred Santen.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


H&M lance son propre service de réparation en magasin

21/06/2018

H&M introduit un nouveau concept : Take Care, un espace au sein du magasin où les clients peuvent faire réparer ou personnaliser leurs vêtements. Tant le nouveau magasin de Paris que le flagship store de Hambourg disposent déjà de ce service.

La nouvelle génération aux commandes de la chaîne de magasins de chaussures Maniet

18/06/2018

Allison Vanderplancke, âgée de 28 ans, succède à son père en tant que PDG de la chaîne de magasins de chaussures Maniet. Il s’agit déjà de la cinquième génération à la tête de l’entreprise familiale wallonne.

Afound, la première plate-forme de H&M, a été lancée en Suède

15/06/2018

Afound, la nouvelle formule multimarques du groupe H&M, a été lancée en Suède cette semaine. Avec la plate-forme web, les 2 premiers magasins qui ont ouvert leurs portes à Stockholm et à Malmö constituent un marché d’écoulement de vêtements soldés.

Le premier magasin Kiabi en Flandre s’installe à Bruges

14/06/2018

A peine deux ans après l’arrivée de Kiabi en Belgique, la marque française de prêt-à-porter ouvre son sixième magasin belge cet automne. Il sera situé à Bruges et sera le tout premier magasin en Flandre.

La maison-mère de Brantano bientôt cotée à la bourse de Bruxelles

13/06/2018

D’ici mi-juillet FNG Group espère être coté à la bourse de Bruxelles. Cette opération devrait permettre au groupe de mode de lever du capital frais afin de financer la transformation et l’expansion de l’enseigne Brantano.

JBC gagne du temps à la caisse grâce à la technologie RFID

07/06/2018

Grâce à la radio-identification (RFID), l’enseigne de mode JBC gagne une dizaine de secondes à la caisse par vêtement vendu. Les employés n’ont plus besoin de scanner les étiquettes de prix individuellement.