Lidl se lance sur le marché de la mode britannique | RetailDetail

Lidl se lance sur le marché de la mode britannique

Lidl se lance sur le marché de la mode britannique

Après avoir déjà intégré une collection dame dans son assortiment sur son marché domestique allemand, le discounter Lidl a décidé de réitérer l’expérience en Grande-Bretagne. Une ligne pour homme suivra plus tard dans l’année.

Vêtements branchés à prix discount

Dès lundi les dames pourront faire leur shopping vestimentaire dans les 600 points de vente britannique de Lidl. Elles y trouveront des vêtements branchés à prix discount : un manteau en simili cuir à 14,99 livres sterling (environ 18,75 euros), un pull à 5,99 livres (environ 7,50 euros) ou encore des boots à 9,99 livres (12,52 euros). Au total neuf « on trend items » différents, pour commencer.


En Grande-Bretagne Lidl vendait déjà des vêtements de base comme des sous-vêtements et des T-shirts, mais « c’est la première fois que nous promouvons une collection haut de gamme. Aussi nous sommes particulièrement enthousiastes à l’approche du lancement le 25 août », indique Josie Stone, responsable des achats non-food chez Lidl UK. « Les tenues correspondent parfaitement aux tendances de la saison et nous les vendons à des prix défiant toute concurrence pour une telle qualité. »

 

Concurrence pour Asda, Tesco & Co

Toutefois les grandes chaînes de supermarchés en Grande-Bretagne ne voient pas d’un bon œil les premiers pas de Lidl dans la mode. Le discounter allemand risque de concurrencer des enseignes comme Asda, dont la marque maison ‘George’ connaît une grande popularité (après Primark, ‘George’ est la marque de vêtements la mieux vendue en termes de volume), ou encore Tesco (avec sa marque F&F) et Sainsbury’s (avec Tu).


Après avoir intégré dans son assortiment de la viande et des légumes frais, du pain cuit sur place, du homard à l’approche de Noël ou encore des vins haut de gamme, les vêtements sont  la énième arme utilisée par Lidl pour chiper des clients aux supermarchés traditionnels.


Une stratégie qui porte ses fruits, puisque les 600 magasins Lidl britanniques accueillent quelque 5 millions de clients chaque semaine. Vu ce succès le CEO Ronny Gottschlich de Lidl UK estime qu’il y a place pour 1.500 magasins et envisage à l’avenir l’ouverture de 40 nouveaux magasins par an.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


H&M lance son propre service de réparation en magasin

21/06/2018

H&M introduit un nouveau concept : Take Care, un espace au sein du magasin où les clients peuvent faire réparer ou personnaliser leurs vêtements. Tant le nouveau magasin de Paris que le flagship store de Hambourg disposent déjà de ce service.

La nouvelle génération aux commandes de la chaîne de magasins de chaussures Maniet

18/06/2018

Allison Vanderplancke, âgée de 28 ans, succède à son père en tant que PDG de la chaîne de magasins de chaussures Maniet. Il s’agit déjà de la cinquième génération à la tête de l’entreprise familiale wallonne.

Afound, la première plate-forme de H&M, a été lancée en Suède

15/06/2018

Afound, la nouvelle formule multimarques du groupe H&M, a été lancée en Suède cette semaine. Avec la plate-forme web, les 2 premiers magasins qui ont ouvert leurs portes à Stockholm et à Malmö constituent un marché d’écoulement de vêtements soldés.

Le premier magasin Kiabi en Flandre s’installe à Bruges

14/06/2018

A peine deux ans après l’arrivée de Kiabi en Belgique, la marque française de prêt-à-porter ouvre son sixième magasin belge cet automne. Il sera situé à Bruges et sera le tout premier magasin en Flandre.

La maison-mère de Brantano bientôt cotée à la bourse de Bruxelles

13/06/2018

D’ici mi-juillet FNG Group espère être coté à la bourse de Bruxelles. Cette opération devrait permettre au groupe de mode de lever du capital frais afin de financer la transformation et l’expansion de l’enseigne Brantano.

JBC gagne du temps à la caisse grâce à la technologie RFID

07/06/2018

Grâce à la radio-identification (RFID), l’enseigne de mode JBC gagne une dizaine de secondes à la caisse par vêtement vendu. Les employés n’ont plus besoin de scanner les étiquettes de prix individuellement.