Mayerline lance une sous-marque plus jeune et un webshop

Mayerline lance une sous-marque plus jeune et un webshop

Avec le lancement de sa sous-marque, Améline, et de son webshop, l’enseigne de mode belge Mayreline vise un public féminin plus jeune. La chaîne, propriété de Claes Retail Group (JBC) depuis 2013, envisage également une expansion au Luxembourg.

Une première en près de 60 ans d’existence

En lançant cette nouvelle sous-marque, l’enseigne de mode belge Mayerline, qui s’adresse  avant tout aux femmes adultes, souhaite élargir et rajeunir son groupe cible. ‘Améline’ est la première sous-marque du groupe, qui l’an prochain fêtera son 60ème anniversaire.


« Ces derniers temps les nouvelles concernant l’économie et le secteur de l’habillement sont bien  souvent négatives. Face à cela, on peut réagir de deux façons : soit on reste dans l’expectative, soit on croit à l’avenir et on agit. Avec notre sous-marque Améline nous avons choisi la deuxième option », explique le CEO Patrik Geurts dans le journal De Tijd. Geurts et sa femme Annick Meyer, petite-fille du fondateur Jozef Meyer, détiennent encore 15% des actions.


L’élargissement du public cible va de pair avec l’ouverture d’un webshop au mois d’août.  Selon Geurts, la clientèle actuelle de Mayerline n’est pas encore vraiment accoutumée à l’e-commerce, alors que la jeune génération par contre fait régulièrement  du shopping online et donc Mayerline ne peut rester à la traîne. Pour ce webshop l’enseigne peut d’ailleurs s’appuyer sur l’expérience et les connaissances  que sa société sœur JBC a acquises ces dernières années : « Les erreurs des débuts ont été corrigées », affirme Geurts.

 

« Nous n’avons pas perdu notre temps » depuis la reprise

Malgré le calme apparent depuis sa reprise en 2013, Mayerline n’a pas perdu son temps explique Geurts : « Non seulement nous avons préparé notre sous-marque Améline et notre webshop, mais l’été dernier nous avons ouvert notre premier magasin au Luxembourg. Nous voulons d’ailleurs y ouvrir d’autres magasins dans les années à venir. »


Et ensuite à l’étranger ? « Tout le monde veut réussir à l’étranger. C’est également notre ambition, bien que pour l’instant nous n’y pensons pas activement », précise Geurts, qui voit encore des possibilités d’expansion en Belgique.


Le mois dernier les entrepôts de Mayerline à Bruxelles et la production lituanienne ont déménagé pour s’installer dans les entrepôts de JBC à Houthalen-Helchteren. Ces dernières années le chiffre d’affaires de Mayerline est « resté stable aux alentours de 54 millions d’euros ».