New Look : chiffre d’affaires en hausse grâce aux ventes en ligne

New Look : chiffre d’affaires en hausse grâce aux ventes en ligne

Au cours du quatrième trimestre 2013 la chaîne de mode britannique New Look a vu son chiffre d’affaires augmenter de 5% à 452,1 millions de livres sterling (545 millions d’euros). Une croissance que la chaîne doit avant tout aux ventes online.

Les ouvertures de magasins contribuent aussi à la hausse du CA

Durant les neuf premiers mois de son exercice comptable décalé New Look a réalisé un chiffre d’affaires de 1,2 milliard de livres sterling (1,44 milliard d’euros), soit une hausse de 5,6% par rapport à l’année précédente. Cependant cette croissance est due en partie à l’ouverture de nouveaux magasins : sur base comparable le CA ne progresse ‘que’ de 1,1%.


La croissance du chiffre d’affaires est attribuable avant tout aux ventes online : durant les 39 semaines jusqu’à fin décembre les ventes en ligne ont grimpé de pas moins de 65,6% par rapport à la même période un an auparavant. Sur son propre webshop New Look enregistre une croissance de 43,3%, alors que les ventes via des sites web de tiers progressent davantage encore.


Au cours du dernier trimestre 2013 l’enseigne a réalisé un bénéfice de 83,3 millions de livres sterling (100 millions d’euros).


Expansion en Chine et développement de la collection homme

En outre, New Look poursuit son expansion internationale : la semaine prochaine l’enseigne ouvrira ses premiers magasins en Chine, à Pékin et Shanghai plus précisément. L’objectif est d’y implanter vingt magasins d’ici l’année prochaine. La chaîne envisage également de renforcer sa présence en Russie, alors qu’en Pologne elle a l’intention de racheter son partenaire de coentreprise. A ce jour New Look compte 1.104 magasins à travers le monde.


D’autre part le CEO Anders Kristianson souhaite miser davantage sur les vêtements pour hommes. La part des collections masculines devrait augmenter de 4% à 8%, a-t-il précisé. Les  propriétaires de New Look, Tom Singh, le fondateur, et les fonds d’investissement Apas et Permira, souhaitent d’abord renforcer l’enseigne avant d’envisager une entrée en bourse.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: